La main des sourds

Giovanni et Diya : l’idylle entre un sourd-muet et une sourde

Quand  Giovanni Poorenen Callimootoo est né à la clinique Bon Pasteur en novembre 1993, il ne pouvait pas entendre les sons comme les autres bébés. Car Giovanni est né sourd-muet. Pourtant, c’est un battant qui ne baisse pas les bras devant l’adversité.

 

C’était d’abord un coup dur pour les parents de Giovanni, Ramen et Ella. Mais, ils vont l’entourer de soins, lui donneront tout leur amour, lui accorderont tout leur support. En grandissant, Giovanni pourra aussi compter sur son petit frère, Kovalen, son meilleur ami. « Nous partageons nos joies et nos peines l’un avec l’autre », s’exprime Giovanni.

Il a aussi une soeur, Vilasha, une cousine, Lucy et ses tantes, Sheila et Vanesha. « Elles aussi sont toujours là pour moi, dans les bons comme dans les mauvais moments. Quand je me suis fiancé  à Diya, elles m’ont beaucoup aidé pour les décorations et les préparations. J’ai de la chance d’avoir une telle famille » , soutient-il.

Giovanni  a étudié à l’école primaire APDA de Curepipe, puis à la Royal Academy de Rose-Hill pour le secondaire. Mais, comme on peut le penser, les choses ne se passent pas très bien pour ce garçon ” différent “.

« Un jour, en revenant du collège, j’ai fait savoir à ma mère que je ne pouvais plus continuer. Elle a été très compréhensive. Je dois préciser que ma mère m’a toujours compris et soutenu. Sans elle, je ne serai pas ce que je suis aujourd’hui. Elle m’a alors encouragé à prendre des cours en informatique pour devenir technicien d’ordinateurs. Je me suis inscrit à un institut spécialisé. Ils m’ont signalé qu’ils m’accepterait si le chargé de cours serait d’accord pour enseigner un sourd-muet », écrit le jeune homme.

Vicky Bappoo l’a beaucoup encouragé et lui a demandé de rester même après les heures normales. Encouragé, Giovanni étudie sérieusement et finit par obtenir un diplôme de  ‘’Computer Technician A+’’.

Le rejet

Mais trouver du travail état un vrai problème pour le jeune homme. « J’ai postulé à plusieurs reprises, mais dès que l’entreprise apprenait que j’étais sourd-muet, je n’avais plus aucune nouvelle d’elle. C’était comme ça à chaque fois », s’exprime-t-il.

Il s’enregistre au ‘Youth Employment Program ‘ (YEP), mais encore une fois, quand on apprend qu’il est sourd-muet, il n’obtient aucune réponse. « Pour être franc, j’étais très découragé. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à m’intéresser à la photographie. Un jour, ma mère a rencontré M. Bouck Pillay Vythilingum. Il a accepté de me venir me voir et de m’enseigner la photographie. Cela sans demander un sou. Il l’a fait de tout coeur. Il m’a grandement aidé », relate Giovanni.

Après, il a eu du travail quand on avait besoin d’un photographe. « Plus tard, j’ai obtenu un poste au sein d’une firme. Je remercie la direction de m’avoir employé, surtout Krishna Chengan (farm manager) et Eric Belle-Etoile (Site manager). Je les remercie pour leur compréhension et pour leur aide », écrit-il encore.

Giovanni s’attèle à la photographie dans ses heures libres. « Je suis un être humain comme tout le monde. Mon seul problème, c’est mon handicap mais, croyez-moi, je peux faire ce que tous les autres font. Ne nous méprisez pas comme beaucoup le font, d’autant que nous faisons notre travail comme il le faut », plaide Giovanni.

La partenaire de Giovanni, Diya, est sourde elle aussi.  « Heureusement, elle peut parler comme une personne normale. Elle a de la chance ! », fait-il savoir avec un sourire.

Message

Giovanni a le message suivant pour des jeunes qui sont dans la même situation que lui. « En tant que sourd et muet, je voudrais dire à tous les amis sourds et aux parents des enfants sourds de ne pas perdre espoir, de ne pas dire que vous avez la malchance d’avoir un(e) enfant qui est sourd(e). Au contraire, devenez son soutien », lance-t-il..

Il ajoute que sa mère aime souvent dire que pour les parents un enfant avec un handicap est comme un cadeau bien enveloppé. C’est quand on l’ouvre qu’on découvre le trésor caché à l’intérieur. « Nous sommes plus capables que les gens normaux. Notre slogan, c’est « Deaf Can ». Nous sommes tout aussi intelligents que les gens normaux. Si les gens coopèrent avec nous et nous aident, nous pouvons nous aussi aider en retour », assure-t-il.

Il avoue que quand il était petit, il était toujours en colère contre Dieu pour l’avoir fait sourd-muet. « Aujourd’hui, je suis content de ne pas entendre les mauvaises choses qui se disent autour de moi.. », conclut Giovanni.

Comme quoi, la sagesse vient en grandissant.

Source http://defimedia.info © 26 Septembre 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.