A la une

A La Flèche, les enfants apprennent la langue des signes

 

Les Temps éducatifs périscolaires (TEP) ont débuté dans le Pays fléchois, avec plusieurs nouveautés. À l’école Delibes, Alexandre Bourgoin enseigne, par exemple, la langue des signes.

À la fin de la pause déjeuner à l’école Léo-Delibes, la cour est en effervescence. Les Temps éducatifs périscolaires vont commencer et les élèves attendent les animateurs. Alexandre Bourgoin tente de rassembler son groupe en leur faisant des signes et en se penchant pour leur parler. Malentendant, il peut parler mais sa voix porte peu.

Une fois en classe, le brouhaha des neuf élèves s’estompe lorsque l’intervenant se présente calmement : « Quand je suis né, j’étais comme vous : j’entendais normalement. Mais j’ai eu beaucoup d’otites et à un an, je n’entendais plus. » À cause de son débit rapide, il s’assure que tout le monde a bien compris et commence par les gestes basiques du langage des signes.

À chacun son geste

Il pose les doigts de la main droite sur le menton, puis tend son avant-bras à l’horizontal : « Bonjour ». Les enfants imitent sagement leur professeur du jour qui poursuit. « Ça va ? » : les deux avant-bras tendus, il faut faire bouger l’index et le majeur en même temps. La technique se complique et les rires fusent autour de la table. « Il faut juste laisser les trois premiers doigts tendus, précise-t-il, et on replie le majeur et l’index vers soi plusieurs fois. »

Choisir un surnom

Après le salut vient la présentation. Le trentenaire écrit son prénom à la craie sur le tableau alors que le brouhaha agite la classe. Le calme revient lorsqu’il détaille la position des mains correspondant à chacune des lettres. Il passe ensuite son index de manière verticale sur son menton : c’est son surnom en langue des signes. « Je m’appelle Alexandre et j’ai choisi ce geste pour me nommer, parce que quand j’étais petit, j’avais un trait sur le menton qu’on voyait beaucoup », raconte-t-il.

Aujourd’hui il a de la barbe, mais le geste est resté. « Je vais vous observer, et lors des prochaines séances on trouvera un geste pour chacun de vous. » Impatience dans les rangs : certains élèves voudraient bien choisir dès maintenant leur surnom manuel. Alexandre Bourgoin résiste gentiment et l’atelier se poursuit. Découverte de l’alphabet, déroulement d’une journée, geste de la vie quotidienne… Les enfants ont dû être attentifs : à la prochaine séance, Alexandre Bourgoin leur a promis qu’il ne parlerait plus qu’avec les mains.

Source
ouest-france.fr © 21 Septembre 2016
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.