Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
<> <>
Hauts de Seine Habitat

« Essentiel d’enseigner la langue des signes »

Alexandre Bourgoin initiera les écoliers à la langue des signes, à partir de septembre. Un nouveau départ pour ce trentenaire malentendant, cariste dans une autre vie.

Ses mains ont beaucoup de choses à dire. Volubiles, elles accompagnent malgré lui ses paroles de gestes vifs et précis. Alexandre Bourgoin a perdu l’audition à l’âge de neuf mois. « J’ai eu des problèmes d’otites à répétition, lorsque j’étais bébé. Une petite cousine de ma mère était sourde aussi… », explique-t-il.

Ses parents, anéantis, peinent alors à communiquer avec lui. Prisonnier du silence, leur fils attendra l’âge de deux ans, et la mise en place d’appareils auditifs, pour percevoir enfin les voix et les rumeurs du monde qui l’entoure.

Deux années plus tard, un nouveau mode de communication bouleverse sa vie : la langue des signes (LSF). « Je l’ai apprise dans une école, à Angers. Aujourd’hui, je sais lire sur les lèvres. Mais je ne pourrais plus me passer de signer. »

Des initiations dans les écoles

Grâce à la LSF et à l’aide d’une interprète, l’ado poursuit son apprentissage parmi « les entendants », à Laval, et décroche un CAP de menuisier. « J’ai travaillé quatre ans à Meslay-du-Maine (Mayenne). Puis, j’ai passé mon permis cariste, avant de travailler comme intérimaire. »

Un nouveau coup du sort le contraint à faire une croix sur cette profession. Opéré trois fois du genou, ce Clermontois d’adoption doit s’imaginer un autre avenir. Sa rencontre avec des écoliers de maternelle et de primaire, au mois de mai, constitue un déclic.

« Je suis intervenu à l’école Léo-Delibes et à l’école Descartes, pour initier les enfants à la langue des signes. C’était vraiment super ! » confie-t-il. Le jeune père de famille se découvre une passion pour la transmission. Un avant-goût, avant la rentrée de septembre.

Des cours avec le Carroi

Six établissements scolaires du Pays fléchois l’accueilleront en effet chaque semaine, pour des interventions régulières. Présent à l’école Léo-Delibes du 19 septembre au 25 novembre, Alexandre Bourgoin est attendu à Ligron, de fin novembre à début février.

Il interviendra aussi à Thorée-les-Pins et à Bazouges, de novembre à début mai, et dans les écoles Pasteur et André-Fertré, de début mai à fin juin. Le Carroi fera également appel à ses services. À partir de début octobre, le Clermontois proposera des cours de langue des signes, pour les enfants et pour les ados et adultes.

Une première à La Flèche et, pour Alexandre, le début d’une autre vie. « Aujourd’hui, il faut aller au Mans ou à Angers pour suivre ces cours. Or, la demande est forte », assure-t-il. Autant de rendez-vous qu’il guette avec impatience.

« Enseigner la langue des signes, c’est super important ! Les valides sont souvent gênés face aux personnes sourdes. Ils ont peur d’être maladroits, compatit Alexandre. En signant, ils se rendent compte qu’il n’existe pas de différence et qu’ils peuvent dialoguer avec les malentendants sur un pied d’égalité. »

Contact : alexb.lsf@gmail.com

Source http://www.ouest-france.fr © 18 Juillet 2016 à LA FLÈCHE
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.