Les sourds cherchent à se faire comprendre

 

Peu nombreuse pour faire poids, la minorité sourde souhaite faire tomber les frontières avec les entendants. Une semaine à Cerizay.

Pour la première fois dans les Deux-Sèvres est organisée une université d’été concernant la culture sourde et l’éducation bilingue. Elle aura lieu à Cerizay du 11 au 16 juillet à l’initiative de l’association nationale 2LPE et de l’association bressuiraise « Ensemble Signons » présidée par Gaëlle Marollaud.

Cette université d’été est ouverte aux sourds-malentendants, aux familles, mais aussi aux professionnels, agents des collectivités, élus et toutes les personnes désireuses de s’ouvrir à la culture sourde. Elle sera totalement traduite en langues des signes.

Les familles obligées de déménager

« Aujourd’hui, le handicap de la surdité n’est pas vraiment pris en compte dans les Deux-Sèvres : les sourds et les familles d’enfants nés sourds sont démunis. L’école est un lieu de rupture dans ce cas-là », explique Noëlla Godrie, porte-parole de la cause. « Conséquence : les familles déménagent vers Poitiers où là une communauté s’est organisée. »
Le problème majeur est donc la communication. En clair, l’éducation à la langue des signes, le bilinguisme, n’est encore qu’une vue de l’esprit et n’est pas entrée dans les habitudes. Cette éducation est pourtant à la base de tout.

Groupe d’étude

L’université d’été à Cerizay sera une semaine faite d’échanges et de réflexions pour un mieux vivre ensemble, sourds et valides.
Elle proposera des soirées avec films et reportages, des conférences, tables rondes et séminaires. Parmi cette mosaïque, on notera le point d’orgue que constituera la venue, vendredi 15 juillet, de la députée du Loiret Marianne Dubois qui a créé un groupe d’étude parlementaire sur la surdité. Pour aider à franchir ce fossé entre les deux mondes parallèles.

Source http://www.lanouvellerepublique.fr © 9 Juillet 2016
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.