A la une

A la une > Olivier Michaut, la voix des sourds au PS

Président du Mouvement des sourds et malentendants socialistes, il milite pour l’accessibilité des sourds à l’information.

2016-4-8-4
Olivier Michaut, président du Mouvement des sourds et malentendants socialistes.

1982. Naissance dans une famille d’entendants.

2007. Se rapproche de Ségolène Royal.

2007. Création du Mouvement des sourds et malentendants socialistes.

Olivier Michaut signe à toute allure. Le débit de son interprète est impressionnant. C’est que le président du Mouvement des sourds et malentendants socialistes a des choses à raconter. Alors ses mains ne s’arrêtent pas. Le petit mouvement qu’il préside compte moins de 10 personnes, mais il lui permet de militer depuis 2007, date de sa rencontre avec Ségolène Royal. La cause qui lui tient à coeur : l’accessibilité des sourds à l’éducation, l’information, la culture, le débat public, la politique.

Tout a pourtant été compliqué pour lui : « J’étais un enfant turbulent, agressif, violent », explique-t-il. Né sourd en 1982 dans une famille d’entendants, il faut qu’il trouve sa place. C’est difficile à Évreux, en maternelle et en primaire. Il progressera dans une institution spécialisée, à Caen, et, après un diplôme de comptabilité, étudiera la langue des signes à l’université, à Paris. Il est aujourd’hui consultant, et accompagne les entreprises et les institutions dans leurs démarches d’accessibilité.

« Je me vois bien député »

« Dès l’école primaire, j’étais un insoumis, et, déjà, un leader. Je me suis beaucoup interrogé sur moi-même, sur qui j’étais, sur l’origine de mon agressivité, explique-t-il. Je ne suis pas seulement un sourd, je suis une personne, je suis homosexuel, je suis militant socialiste… Ça ne m’intéresse pas de désigner des coupables. La situation est compliquée, il y a énormément à faire pour les sourds. J’apporte des solutions, je fais avancer les choses. C’est long, c’est difficile, mais on progresse. C’est cela qui est important. »

Il a su convaincre Ségolène Royal de faire traduire ses meetings en langue des signes. Ce n’est qu’un début. « Je me vois bien député, c’est à ce niveau qu’on peut faire bouger les choses. » Il n’y aurait rien d’étonnant à ce qu’il tente de convaincre à Vernon, dans l’Eure. Il habite juste à côté.

[box type=”note” align=”” class=”” width=””]Source : http://www.ouest-france.fr © 15 Mars 2016[/box]

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.