La main des sourds

A la une > Fais-moi un signe. Pour un « pôle sourds »

La présidente, Véronique Vildaer, en discussion avec le maire. Au fond, Estelle Eckert, l'interprète.
La présidente, Véronique Vildaer, en discussion avec le maire. Au fond, Estelle Eckert, l’interprète.

Après dix ans passés dans un local vieillot, l’association Fais moi un signe, qui favorise le contact entre sourds et malentendants, est hébergée depuis mai dans un petit immeuble refait à neuf par la Ville. Au 16, rue d’Alsace, rien à voir avec le 10, bd des Talards. Après la rampe d’accès, le local s’ouvre sur une salle de conférence que jouxte une cuisine. À l’étage, deux espaces : une salle de cours et des bureaux. « Une vraie chance », s’enthousiasme Véronique Vildaer, la présidente de l’association, dont le discours en langue des signes est traduit par Estelle Eckert, une interprète professionnelle qui vient de s’établir à Saint-Malo.

Rompre l’isolement

Claude Renoult, le maire, est venu avec plusieurs de ses adjoints partager la joie de l’association, qui plaide pour que les communautés (sourds, malentendants, entendants) échangent et se mélangent. On apprend ainsi que les jeunes sourds, scolarisés à Fougères en semaine, souffrent d’isolement et de solitude quand ils rentrent à Saint-Malo. Un sentiment souvent exacerbé dans un monde de communication. C’est justement pour trouver un palliatif à ce manque que l’association malouine aimerait bien implanter à Saint-Malo un « pôle sourds ». Créée en 2003, l’association possède désormais un outil à même de mener à bien sa mission et pour que les sourds, comme dit la présidente, n’aient plus « un train de retard ».

Source : http://www.letelegramme.fr © 9 Novembre 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.