Bientôt un baccalauréat en interprétariat de langue des signes à l’université

Bientôt une formation d’interprète en langue des signes des belges francophones, à l’université de Liège

L’université de Liège vient de lancer un appel d’offres pour se doter d’un laboratoire d’apprentissage de la langue des signes. C’est une initiative très particulière: il s’agit de lancer, à la rentrée de septembre 2016, un baccalauréat de traducteurs-interprètes en langue des signes, en association avec une haute école du réseau catholique, qui dépend de l’université Saint-Louis, à Bruxelles.

Il s’agit donc d’un système d’apprentissage à distance: une vingtaine de places liégeoises, une trentaine de places dans la capitale. Les modalités de la collaboration entre établissements ne sont pas encore fixées jusqu’à la dernière virgule, mais l’ULg souhaite s’appuyer sur les compétences de ces partenaires pour délivrer, à son tour, des diplômes de bacheliers dans cette spécialité.

Les sourds francophones réclament depuis une vingtaine d’années des formations de ce niveau.

Évidemment, elles nécessitent des équipements très particuliers: le professeur et les élèves doivent communiquer non seulement oralement, mais surtout visuellement. Il s’agit également de pouvoir retranscrire, en direct, sur ordinateur, une discussion gestuelle. Ce qui suppose, pour les exercices, une interface logicielle très élaborée. D’où un achat groupé, au-delà des différences de réseaux d’enseignement.

Du point de vue liégeois, c’est un pas de plus dans la concrétisation du projet de “language district” au cœur du quartier d’Outremeuse. C’est en effet, dans les locaux de l’ancien Institut d’Anatomie, que cet outil doit s’installer, avant la fin du mois d’août.

Source : https://www.rtbf.be © 2 Octobre 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.