Manifestation des sourds-muets à la DPPH: 22 handicapés mis aux arrêts

Le mardi dernier, de nombreux sourds-muets ont manifesté à la Direction de promotion des personnes handicapées (DPPH) parce que ne figurant pas sur la liste des recrues à la Fonction Publique pour l’année 2015. 22 d’entre eux ont été mis aux arrêts.


Des sourds-muets se sont adonnés à des actes de vandalisme pour exprimer leur mécontentement au siège de la Direction de promotion des personnes handicapées (DPPH) sise à Abidjan-Plateau. La raison évoquée, c’est que leurs noms ne figurent pas sur la liste des recrues à la Fonction publique pour l’année 2015. Ils ont donc saccagé les bureaux, enlevé les différentes portes des bureaux, cassé les ordinateurs et déchirés des documents administratifs. Face à la détermination des handicapés d’en découdre avec le personnel, le gardien n’a eu d’autre choix que de prendre la poudre d’escampette. « Les sourds-muets sont venus tout casser ici mardi. Ils ont même déchiré la liste des nouvelles recrues à la Fonction publique. Ils disent pourquoi, eux ne sont pas sur la liste alors que certains (sourds-muets) y sont », a relaté le vigile que nous avons trouvé sur place hier, lors de notre visite à la DPPH. Le local présente encore les traces de vandalisme même si le portail d’entrée qui avait été enlevé par les handicapés a été remis en place. Les serrures des portes des différents bureaux sont progressivement en train d’être remplacées. « Il n’y a personne depuis les évènements. Repassez lundi », précise un autre vigile. Selon des informations, les 22 handicapés mis aux arrêts sur les lieux ont été conduits à la préfecture de police. Selon certaines indiscrétions, c’est M. Krohélé Koné qui aurait porté plainte contre les sourds-muets pour ces actes de vandalisme. Selon des informations, le directeur de la DPPH a reçu hier les parents des handicapés venus implorer l’indulgence des autorités pour leurs progénitures. Au moment où nous mettions sous presse, les sourds-muets étaient encore en détention à la préfecture de Police. Nos tentatives pour rentrer en contact avec la DPPH sont restées vaines.

Source : http://www.ladepechedabidjan.info © 19 Septembre 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.