A la une > « Se donner les moyens d’intégrer les jeunes sourds dans la société »

Avec un nouveau projet associatif, l’institut Plein vent contribue à l’inclusion des personnes sourdes (enfants et adultes) dans la société en tenant compte des évolutions de leur environnement.

Autour de Valérie Auvitu, directrice depuis janvier 2015, de gauche à droite, Claude Brun, président du conseil d’administration de Plein vent surdité ; Laurent Matillat, chef du service d’accompagnement à la scolarité ; Bernard Jourjon, chef du service éducatif ; et Henri Doron, administrateur.

Aujourd’hui, l’institut Plein vent, géré depuis deux mois par l’association Plein vent surdité, accueille 104 jeunes âgés de 6 à 20 ans. Des jeunes à qui sont offertes les mêmes chances, les mêmes possibilités de construire leur avenir que tout un chacun. « L’inclusion et l’intégration scolaires sont les maîtres mots de notre démarche et nous mettons tous les moyens d’accompagnement pour que les jeunes soient scolarisés dans les meilleures conditions. En primaire, ils sont scolarisés à l’école de la Vivaraize ou au sein du groupe scolaire Lasalle, sur le site Saint-Louis, puis au collège du Puits-de-la-Loire. Ensuite, leur sont proposées des formations professionnelles, soit dans des établissements extérieurs, soit à l’Institut en cuisine, peinture ou comme agent polyvalent de restauration », précise Valérie Auvitu, directrice de Plein vent. Plein vent compte 40 internes, à partir de 11 ans, et 30 semi-internes. Quant au Ssefs (service de soutien à l’éducation familiale et à la scolarisation) (ex-Ssefis), il suit 33 jeunes. Au sein de ce service, une équipe pluridisciplinaire et mobile accompagne les enfants vers leur autonomie tant au niveau pédagogique, que social, éducatif ou paramédical. « C’est un accompagnement individualisé dans le sens où chaque enfant sourd est singulier. Il ne faut pas globaliser, on s’adapte et on respecte le moyen de communication, que ce soit l’oralisme ou la langue des signes ». 76 professionnels différents interviennent ainsi auprès des jeunes avec trois missions principales : le soin, la pédagogie et la formation professionnelle et le secteur éducatif.

Source : leprogres.fr © 7 Juin 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.