Le portail d'information sur les sourds et langue des signes

Meaux : les lycéens de Bossuet passent l’option langue des signes au bac

Ce jeudi, 15 élèves de terminale passeront l’option langue des signes française (LSF)au bac, enseignée par Victoria Magallon. Dans l’académie, seuls 62 élèves présenteront cette option. Tous sont en lycée privé

Lisa a un frère de 5 ans malentendant et depuis qu’elle apprend la langue des signes au lycée Bossuet, à Meaux, elle complète ce qu’il essaie d’exprimer à ses parents. Lola, elle, veut faire médecine. Dans un bus, elle a été émue par un sourd qui, faute de pouvoir se faire comprendre, griffonnait sur un papier l’arrêt demandé.

Quant à Aude, elle a découvert la langue des signes aux Etats-Unis où elle a vécu un an. Ces lycéennes en terminale au lycée Bossuet de Meaux passent ce jeudi l’option langue de signes au bac. L’épreuve se déroule à la maison des examens, à Arcueil, dans le Val-de-Marne. Seulement 145 élèves de terminale, en Ile-de-France passent cette option qui existe pourtant depuis dix ans.

Les 62 candidats de l’académie de Créteil sont tous scolarisés dans le privé. A Meaux, 15 élèves de Bossuet tenteront l’examen, grâce à Thi-My Gosselin. La présidente de l’association Signes et paroles multiplie les actions pour sortir les sourds de l’isolement (lire l’encadré). Quand Thi-My a démarré les cours à Bossuet en septembre, elle pensait avoir 24 élèves. Ils sont le double, adeptes de cette langue méconnue.

«J’ai choisi cette option parce qu’elle est originale, inédite, lance Valentin, en terminale. C’est moins compliqué qu’une langue étrangère, de nombreux signes sont proches du mime, comme manger, boire, dormir…» Dans la salle, Charlotte décrit une image, tirée de la BD «Léo l’enfant sourd». Elle doit mimer la mine renfrognée du garçon, décrire le paysage, les couleurs. «Vous serez noté sur l’expression du visage pour la moitié des points. Montrez si vous êtes contents ou tristes», insiste Thi-My. Charlotte se trompe, signe chemin au lieu de rue. Elle a les bonnes expressions, mais va un peu trop vite. Il faudrait tenir 20 minutes devant le jury d’examen.

Thi-My Gosselin dit bonjour en langue des signes française.
Au terme d’une année de cours, tous savent tenir une conversation en langue des signes française (LSF). Ils sont été formés par Victoria Magallon. Cette Meldoise a un bac plus trois en informatique, mais n’a jamais trouvé de travail à cause de son handicap. Elle a été embauchée par Signes et paroles. Comme le sera bientôt la seconde professeure, Sabrina Puaud, qui a souvent fait appel à Thi-My pour «discuter» avec les profs de ses enfants.

 

 

Bienfaitrice des sourds, Thi-My Gosselin a créé l’association Signes et Paroles

Thi-My Gosselin a découvert la langue des signes il y a 10 ans, grâce à une formation au sein de son entreprise, la mutuelle La Médicale. Celle-ci lui finance aujourd’hui les livres d’apprentissage pour son association et a accepté son temps partiel pour qu’elle se consacre à Signes et paroles. «J’ai voulu approfondir cette langue lorsque j’ai vu un adolescent sourd, lors d’une fête familiale, rester à l’écart. Personne ne pouvait communiquer avec lui .» En apprenant la langue des signes française (LSF), Thi-My cherche à sortir les sourds de leur isolement en initiant un maximum de monde à cette langue. Elle l’a enseignée à des animateurs du centre de loisirs de Nanteuil-lès-Meaux et forme actuellement les agents de la ville de Meaux et des élèves infirmiers.

«Mon numéro circule beaucoup parmi les sourds, ils m’appellent pour les aider à traduire, chez le médecin, les enseignants de leurs enfants. Je suis leur interface», confie-t-elle. Thi-My collabore aussi avec le musée de la Grande Guerre pour l’accessibilité aux sourds, a co-organisé une soirée artistique traduite en LSF dans un centre social de Meaux. Un membre de l’association, pompier volontaire à Meaux, a organisé une formation aux premiers secours en langage des signes pour une demi-douzaine de sourds. «Ma priorité est de leur donner du travail, rappelle-t-elle. Nous avons embauché Victoria et nous devrions avoir Sabrina comme deuxième salariée en septembre. Nous étendrons nos cours au collège Sainte-Marie de Meaux.»

Source : http://www.leparisien.fr © 20 Mai 2015

1 commentaire
  1. manquest lyliane dit

    Je souhaite apprendre la langue des signes afin de faire du bénévolat.
    Mes recherches ne m ont pas permis de trouver des cours en libre accès.
    merci de vouloir bien me permettre de trouver des contacts d apprentissage sur ma région Nord Ouest Rouen.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.