La main des sourds

Laëtitia Tual chante en langue des signes : « Je chansigne ! »

Laetitia Tual et Christophe Taillendier.

« Avec Laëtitia, nous créons un moment magique ! », lance Christophe Taillendier, sourd, auteur de la chanson Sensass, dont un clip a été tourné, le week-end dernier, avec la Couëronnaise Laëtitia Tual, et « chansignée » par celle-ci. Cette première rencontre, sur fond de partage, se passait au lieu-dit l’Arête, dans un ancien corps de ferme.

Laëtitia veut respecter, au plus juste, le texte de Christophe. Travail sur la musique, la mise en scène, l’expression du visage

Ensuite, Christophe réalisera le montage sur son ordinateur. « Avec des outils performants et des professionnels, ce serait mieux. Mais nous sommes passionnés », soutient Laëtitia.

Un concours à remporter

« Un clip pour partager », Christophe en rêve. Le 6 juin, il sera envoyé à la compagnie On off de Lyon, pour participer à leur concours annuel, avec à la clé, une sélection pour un festival et un chèque de 500 €. « Si nous gagnons, nous le remettrons à une association pour des sourds en Tunisie. »

Comment faire entendre un spectacle à des personnes sourdes ? C’est ce à quoi Laëtitia s’emploie depuis dix-huit ans. « Mes parents se trouvant dans le milieu artistique, j’ai eu l’idée de proposer le Chansigne. Le premier concert traduit a été, en 2007, à Toulouse, avec les Malpolis. »

Laëtitia gravite ensuite avec divers groupes de musique, où elle chante avec les mains et danse. « Pour le ressenti, l’animation est fondamentale, comme les vibrations, les lumières qui sont des repères et les émotions de la personne, explique Christophe. Sans ça, il n’y a rien, à l’image d’un pianiste seul à l’opéra ! L’action de Laëtitia est rassurante. »

Quel accès aux sourds ?

Pourtant, après un dernier concert en septembre 2014, Laëtitia a perdu, en janvier, son statut d’intermittente du spectacle. Aujourd’hui membre de l’association Tac (Tout art et culture), elle monte des ateliers « chansigne », et vient de rebondir sur la création/animation d’une sélection de chansons, « que je transforme en chansigne ». Nom du spectacle : Morue ? Chaud !, de la chanson française au rap, en passant par le gospel.

Au fil des années, Laëtitia s’indigne « face à l’inaccessibilité de l’espace public. Depuis 2005, on nous dit que tout sera accessible. Il y a un besoin avéré de sous-titrage, d’interprètes. Cela engendre de l’isolement social. Christophe pratique la lecture labiale, mais ce n’est pas automatique. »

Et Christophe de poursuivre : « C’est très fatiguant. À l’université, je ne comprends que 30 % des messages. Des interprètes gratuits existent jusqu’au collège, mais en études supérieures, il est difficile d’avoir une aide gratuite. Seule solution pour les étudiants sourds : les cours écrits des amis ! La solution pourrait être la création d’écoles bilangues dès la maternelle, non ? »

Source : http://www.ouest-france.fr © 11 Mai 2015 à Couëron

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.