Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

Comment dit-on « j’ai faim » en langue des signes ?

De gauche à droite, de haut en bas : la visite se fait en Langue des signes. Ces deux oeufs privés d’oxygène ont fini par durcir et le blanc s’est gélifié. Une petite faim ? Un mouvement vertical de la main en va et vient sous la gorge. Une grosse faim ? Le même mouvement sera accompagné d’une expression implorante sur le visage.

À l’espace musée de l’abbaye, un groupe animé goûte intensément chaque minute du parcours, mais le bonheur d’être là se manifeste en silence. Les émotions sont transmises par les mains et le visage… La voix de la médiatrice est doublée des gestes d’Anaïg et Laurène, interprètes en Langue des signes du SIAVS 29 (Service d’interprétariat et d’accompagnement à la vie sociale).

Depuis plusieurs années, Chemins du patrimoine en Finistère souhaite rendre les expositions accessibles à tous. L’URAPEDA de Brest (Union régionale des associations de parents d’enfants déficients auditifs) a manifesté son intérêt l’an dernier et l’abbaye est devenue un lieu de destination culturelle habituel.

Au fil de la visite, qu’il s’agisse de goûter au fruit du baobab, des insectes croustillants ou de cuisiner, l’ardeur ne tarit pas. La langue des signes offre une palette étonnamment variée de nuances.

Source : http://www.ouest-france.fr © 19 Juillet 2014 à Brest

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.