Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
<> <>
Hauts de Seine Habitat

Une journée pour se préoccuper de l’audition

Des jeunes de l’association Serac et ceux de la Maison familiale et rurale pour un complément de formation à la langue de signes.

Opération de sensibilisation à l’audition et présentation de l’outil indispensable de communication avec les sourds, la langue des signes, étaient au programme d’une journée organisée par l’association Serac.

« Environ 10% de la population souffre de troubles de l’audition. Les jeunes âgés de 15 à 24 ans sont de plus en plus touchés par une baisse auditive liée au fait qu’ils écoutent trop fort et trop souvent de la musique » , expliquait, Sandra Dupuis, directrice de l’association Serac (sourds, entendants, recherche, action, communication) à la Maison familiale et rurale, route de Blachon, à Baie-Mahault, où se déroulait une manifestation dans le cadre de la Semaine de l’audition.

PHÉNOMÈNE SOURNOIS
Et d’ajouter : « On estime que les jeunes écoutent 1 h 51 de musique par jour. C’est nocif et cela endommage l’audition et pose des problèmes au niveau de la vie quotidienne. »
Les problèmes d’audition ne sont pas acceptés dans notre société. On va chez l’ophtalmologue, sans problème. Mais on ne se pose pas la question de savoir si on entend bien. « Pour faire un audiogramme, très peu vont vers le médecin spécialiste : oto-rhinolaryngologiste (ORL). La surdité est un phénomène sournois, insidieux, qui s’installe petit à petit. Il faut, en amont, leur faire prendre conscience que le bruit est nocif » , note Mme Dupuis.
L’association Serac Antilles-Guyane oeuvre « à construire un pont entre les sourds et les entendants » . C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle a également axé cette journée dédiée à l’audition autour de ce qu’on peut présenter la langue des signes ; option au bac en Guadeloupe depuis 2008.

La langue des signes : un complément de formation
La Maison familiale et rurale (MFR), d’éducation et d’orientation, à Blachon/Baie-Mahault, dirigée par Urbain Gautier, enseigne un complément de formation : le langage des signes qui donne des connaissances supplémentaires aux jeunes qui préparent un Baccalauréat professionnel services aux personnes et aux territoires (Sapat).
Cet enseignement s’effectue en deux ans.

Source : http://www.guadeloupe.franceantilles.fr © 17 Mars 2015

Les commentaires sont fermés.