A la une

Signes extérieurs de richesse intérieure

Les élèves de la MFR apprennent à utiliser la langue des signes

Les élèves de la MFR apprennent à utiliser la langue des signes. Un atout dans leur future vie professionnelle.

La main part de la bouche. Puis s’avance vers la personne à laquelle on s’adresse. Le sourire vient parachever le geste. On vient tout simplement de dire bonjour. Le cours peut commencer.

Comme un chef d’orchestre du silence, Marc Panel fait réviser aux élèves du Bac Pro « services aux personnes et aux territoires » de la MFR de Loches les signes qu’ils ont appris. Après seulement quatre séances, ils sont plutôt au point. Les signes s’enchaînent, les élèves en donnent la traduction parlée. Insensiblement, ils refont le geste au même moment.
« En étant en Bac pro “ services aux personnes ”, ils sont susceptibles, une fois dans la vie active, de venir en aide à des personnes sourdes ou malentendantes », explique Marc Panel, de l’association Savoirs et partage, basée à Fontguenand, dans l’Indre. Maîtriser les bases de la langue des signes française (LSF) peut donc s’avérer particulièrement utile pour eux. Au total, ils vont bénéficier de 32 heures de formation. « Au bout, ils ne vont pas signer couramment. Mais ils maîtriseront 500 à 600 mots », précise le formateur.

Abandonnée pendant un siècle

Car la LSF, utilisée par environ 119.000 personnes en France (1), est une langue particulièrement riche, bien plus qu’un langage. « La population sourde insiste à juste titre pour que cela soit considéré comme une langue à part entière, à l’instar du Basque, du Breton ou de l’Alsacien », poursuit Marc Panel. Le chemin a été rude. Abandonnée en 1880 sous prétexte qu’il fallait privilégier l’oralisation (2), elle ne sera réintroduite qu’en 1991 (!) par Laurent Fabius. Et ce n’est qu’en 2005 que la loi a reconnu la LSF « comme une langue à part entière », précisant que « tout élève concerné doit pouvoir recevoir un enseignement de la langue des signes française ».
L’autre jour, la séance en langue des signes française a duré deux heures et donnait vraiment envie d’en apprendre davantage. Et de remercier le formateur. Pour dire merci, c’est simple : c’est presque le même geste que bonjour. Sauf que l’on part du menton. Le sourire, lui, est toujours là.

(1) Selon une étude sur le « handicap auditif en France, voir le site http://www.drees.sante.gouv.fr (2) Et aussi parce qu’elle ne permettait pas, selon ses détracteurs, de parler de Dieu…

L’association « Savoirs et partage » est reconnue comme organisme de formation. Contact : 07.71.01.79.49. ou par courriel : savoirsetpartage36@gmail.com

Source : http://www.lanouvellerepublique.fr © 20 Février 2015 à Loches

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.