Lumières dans les ténèbres, une pièce qui valorise les sourds muets, selon M. Doudou Nzio

0

 

La pièce de théâtre ‘’Lumières dans les ténèbres’’ a pour objectif de « valoriser les personnes vivant avec handicap ainsi que leurs capacités de savoir-fairartistique» a affirmé vendredi à Kinshasa, M. Doudou Nzio, directeur artistique de la Compagnie théâtrale ‘’Mabin’a Maboko’’.

C’était au cours d’une conférence de presse où il a annoncé la deuxième phase de la 2è édition du Festival International pour Personnes Handicapées, handicap alternative (FIHA) dont l’ouverture aura lieu le 18 octobre prochain, dans la salle de spectacles du Collège Boboto.

Il a indiqué que les personnes vivant avec handicap qui interprètent avec talents différents rôles dans ce spectacle traduisent l’exemple de l’américaine Helen Keller, devenue sourde muette à l’âge de deux ans et aveugle par la suite mais, qui a su relever le défi de sa polyhandicap, en réussissant les études secondaires et universitaires. La pièce est tirée du livre’L’histoire d’Helen Keller’’ écrit par Lorena Hickok.

  1. Nzio a fait savoir que sur le plan organisationnel, les activités du festival se poursuivront jusqu’en décembre prochain avec la participation des groupes étrangères, dans la « mesure du soutien financier» obtenu des partenaires.

Pour sa part, M. Nzey van Musala, metteur en scène qui a adapté ce livre en langage dramaturgique, sa véritable motivation était «la passion de découvrir et d’apprendre autre chose que du déjà entendu ou connu dans sa carrière», au-delà de la peur de pénétrer le monde de l’handicap et ses inconnues.

 

La touche particulière apportée à cette œuvre au contenu intégralement occidental est celle d’avoir « réécrit l’histoire d’Helen par déconstruction et construction, en y ajoutant les réalités africaines et congolaises afin de s’en approprier », a-t-il souligné. Par ailleurs, Il lui a fallu, plus d’un mois d’atelier avec les dix comédiens dont sept sourds muets ainsi que trois entendants pour arriver à l’aboutissement de ce spectacle de plus d’une heure où il faut admirer la capacité de leur mémoire scénique. Le spectacle est total parce qu’on y trouve la danse, la chanson, la mimique, a estimé Nzey.

Son souhait est de voir cette pièce se jouer pendant au moins dix ans compte tenu de sa particularité et de sa qualité. Le débat avec la presse a été suivi par l’extrait de cette pièce dont le ton dramatique est annoncé par un chant lyrique qui raconte ce récit plein d’émotions où l’intelligence défie les limites de l’handicap. Paraphrasant le directeur artistique sur l’évolution de la troupe, M. Freddy Mata, coordonateur du CPPS a apprécié l’accompagnement de la presse sans laquelle l’on n’en serait pas au stade actuel.

Grâce au soutien financier de l’ambassade des États-Unis, le FIHA a débuté du 8 au 9 juillet à l’Institut Français Halle de la Gombe par la phase scientifique axée sur les ateliers de réflexion autour de la personne vivant avec handicap et son rôle social.

Créée en 2009, la Compagnie théâtre Mabin’a Maboko est l’un des trois programmes du Centre de Production des programmes et supports de sensibilisation des sourds (CPPS) et la première troupe de théâtre mixte des sourds-entendants en Afrique sub-saharienne.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.