Caroline Mitanne : A 11 ans, elle appelait la banque pour aider ses parents

Caroline Mitanne, fondatrice de la société Sourdline.

Caroline Mitanne a créé l’ancêtre de Sourdline, voilà dix ans. Cela n’avait rien d’un hasard pour cette spécialiste de la gestion des PME-PMI, par ailleurs coach pour les porteurs de projets. « Mes parents sont sourds. Petite, je téléphonais pour eux, je corrigeais leurs courriers. Ce n’est pas évident d’appeler une banque quand on a 11 ans ! La langue des signes est donc ma langue maternelle », commente-t-elle.

Les mails, pas évident non plus

« Le problème, c’est que les sourds ont aussi des difficultés à l’écrit : la langue des signes n’a pas de concordance précise. On leur dit souvent envoyez un mail, mais ils ne sont pas à l’aise avec cela non plus. Un mail rédigé par un sourd n’a forcément pas la même grammaire, la même syntaxe. Cela peut faire désordre quand on écrit à un service client ou une administration. Notre société Sourdline établit un lien de confiance avec eux. Il y a une « culture sourds ». En plus, la langue des signes n’est pas universelle : il y a des différences selon les pays bien sûr, mais même selon les régions et les générations – je ne dis pas toujours les mêmes mots avec les mêmes gestes que ma mère. La langue des signes n’est pas l’espéranto des sourds. »

Source : http://www.leparisien.fr © 7 Octobre 2014

1 commentaire
  1. nedjimi dit

    moi meme sourde je fais pas mal ecrit le francais mais c est aux entendants de faire effort de nous comprendre meme la parole je parle assez bien mais la construstion phrase est complexe mais ils ont certains m ont bien compris

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.