Les lenteurs des aides financières

La prise en charge des trajets d’Enzo et Julien vers Paris sera assurée par la Maison départementale pour les personnes handicapées (MDPH) de l’Essonne. D’autres familles de sourds ou malentendants sont toujours dans l’attente, elles, d’une aide financière. A l’instar des parents d’Aurélie, habitants de Brunoy, victimes des lenteurs administratives. Leur fille, 13 ans, a été déclarée malentendante à l’âge de 3 ans. Une surdité bilatérale, sévère à gauche, moyenne à droite.

Prise en charge jusqu’en 2011 à l’école Jean-Charles Gatinot, à Montgeron, Aurélie voit son handicap non reconnu par la MDPH au moment d’entrer au collège en 2012. « On m’a dit que vu ses résultats scolaires, elle était considérée comme moins handicapée, raconte sa maman. Nous avons fait un renouvellement de dossier en juillet 2013, une demande pour l’AEEH (allocation d’éducation de l’enfant handicapé), le complément et la prestation de compensation du handicap. Ma fille a besoin d’un système HF, une sorte de micro, pour entendre correctement tous ses cours. Il coûte près de 2 500 €. »

Un an après leur demande, les parents d’Aurélie ont fini par obtenir en juillet une réponse enfin favorable. « Mais elle doit être renouvelée à partir de septembre, c’est-à-dire remonter tout le dossier médical », peste sa maman, qui attend toujours que sa fille dispose de cet équipement.

Source : http://www.leparisien.fr © 28 Août 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.