Inter’signes, interface pour le monde des sourds

0
De g. à dr., Estelle Arnoux, Antoine Hervé et Lisa Le Duigou devant le logo en chocolat.

La jeune association poitevine Inter’signes a valorisé hier la langue des signes française et les acquis professionnels des non-entendants.

En prélude à la Journée mondiale des sourds et au rassemblement national prévu à Paris le 27 septembre, l’association poitevine Inter’signes (*), créée en octobre 2013, après un flash-mob place Leclerc, a invité hier après-midi des non-entendants engagés dans ces professions peu communes, à savoir une maquilleuse spécialisée dans les effets spéciaux (Sophia Ballester, venue de Reims), le fondateur du Café Signes d’Angers (Gaëtan Pineault) mais aussi Antoine Hervé.

Antoine, 18 ans, sourd et chocolatier

Ce Poitevin de 18 ans vient d’obtenir son Cap de chocolatier et prépare un brevet technique des métiers en alternance. Dans son cursus professionnel, il n’a pas bénéficié de l’aide de personne parlant la langue des signes, ce qui n’a pas été un obstacle à sa volonté : « C’est à moi d’être très clair. C’est un combat de tous les jours… Je suis très motivé. J’aime ce qui est précis et c’est le cas dans la chocolaterie. Heureusement, j’ai des mains en or », indique-t-il. Et comme preuve, il a réalisé en chocolat le logo de l’association. Il a aussi apporté les chocolats qu’il a fabriqués, aux 5 goûts particuliers (orange, cerise, thé, cointreau…). Hier, lors de sa présentation aux salons de Blossac, le public de près d’une centaine de personnes a pu apprécier et goûter…
Invité par Estelle Arnoux et Lisa Le Duigou, les deux chargées de projets ayant conçu et mené à bien cette journée, Antoine Hervé est un parfait exemple du fait que la surdité n’est pas un obstacle à une carrière.
Inter’signes entamait hier ses animations tout public, selon son slogan : ouverture, (généralisation de la traduction en langue des signes), vivre ensemble (en développant la culture bilingue) et transmission « interne et externe de la culture sourde ». Par ailleurs, l’association a déjà pris contact avec des organismes culturels locaux (TAP, Espace Mendès-France).

(*) www.intersignes.fr
intersignes86@ gmail.com

Source : http://www.lanouvellerepublique.fr © 7 Septembre 2014 à Poitiers

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.