Les sourds-muets à la guerre

Article paru dans le Figaro du 11 août 1914.

N’est-ce pas très émouvant? Les sourds-muets veulent partir! Du moins demandent-ils que la patrie utilise leur dévouement. Les sourds-muets veulent servir à quelque chose.

M. Tournade, député de la Seine, vient de remettre au ministre de la guerre une lettre pressante signée de deux sourds -muets: M. Henri Gaillard, rédacteur en chef de la Revue des sourds-muets, et M. E. Graff, président du Foyer des sourds-muets.

MM. Gaillard et Graff font valoir que la plupart des jeunes gens sourds-muets sont bien constitués, solides, vaillants, volontiers adonnés aux sports et à la gymnastique; en outre, excellents tireurs. Qu’on les enrôle donc!

Ou tout au moins qu’on les emploie, demandent MM. Gaillard et Graff, comme cyclistes militaires ou brancardiers; ou bien à combler les vides causés par la mobilisation: comme ouvriers d’État (puisqu’ils sont des pupilles d’État), ou comme auxiliaires dans des fermes où l’agriculture abandonnée réclame des bras!

L’expérience serait tout à fait intéressante. Pourquoi ne la ferait-on pas?

>>> Site <<<

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.