Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

Un travail et un engagement bénévole

Trois questions à…

Qu’est ce qui vous a amené à prendre la présidence d’Aimel SF ?

Face à l’isolement que je connaissais puisque j’habitais à la campagne, j’ai voulu rencontrer d’autres personnes comme moi. À l’occasion d’un café-signes (rencontres entre malentendants et sourds), j’ai connu l’ancien président de l’association. J’ai d’abord intégré celle-ci comme adhérent, pour finir président, il y a six ans. Personne ne voulant reprendre cette fonction, cela a permis que l’association ne soit pas dissoute.

Comment gérez-vous votre handicap entre vie professionelle et vie associative ?

J’ai 39 ans, je suis aide-soignant en maison de retraite pour la Ville de Nantes. Je lis sur les lèvres et j’entends quelques mots avec mon appareil auditif. Je capte parfois mieux que les entendants quand il y a un problème. J’aimerais que mes collègues aient les bases de la langue des signes. Cela permettrait de faire l’interprète pour me comprendre. Ou bien, j’aimerais que soit embauché un autre malentendant afin de me sentir moins isolé.

Comment évolue Aimel SF ?

Les activités sont variées et les personnes isolées sont contentes de nous rejoindre. Aujourd’hui nous sommes 92 adhérents, contre 40 au début. Preuve que le « main à oreille » a bien fonctionné. Nous faisons des cafés-signes le 3e vendredi du mois à l’espace LU, à Nantes ouverts à tous. Suite à une demande d’adhérents, j’organise fin septembre un « quite-dating », entendez un moment d’échange sur une durée limitée pour apprendre à se connaître.

Source : www.ouest-france.fr © 31 Juillet 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.