La main des sourds

Ils donnent la parole aux mains des lycéens

Villeneuve-la-Garenne, hier. Savoir parler à un mal entendant et comprendre un sourd : l’association Sortir avec les mains a initié des élèves de seconde à la langue des signes à l’occasion de la Semaine du handicap.

Un silence concentré pèse sur le foyer du lycée professionnel Michel-Ange, à Villeneuve-la-Garenne. Les seize élèves d’une classe de seconde ne perdent pas un mouvement des jeunes adultes qui se dressent devant le tableau blanc. Il ne s’agit pas d’un examen qui captive les élèves : Alexis et Julien, de l’association Sortir avec les mains, enseignent les rudiments de la langue des signes aux adolescents. 

Depuis lundi, la Semaine du handicap bat son plein à Villeneuve : toute une série de manifestations destinées à sensibiliser le public. Les lycéens sont une cible de choix. « On leur explique ce qu’est la langue des signes. C’est un moyen d’entrer facilement en contact, analyse Julien. C’est vraiment une langue étrangère, mais qui se rapproche du théâtre, de l’expression corporelle. » Avant de commencer l’initiation, Julien et Alexis, son collègue sourd, ont imposé une seule règle dans la salle : le silence. Au fil des minutes, les ados apprennent la dactylologie, l’alphabet des signes et le distinguo avec le mime. Certains regardent leurs mains comme s’ils les redécouvraient.

Alexis leur demande alors, un par un, de « dire » dans cet alphabet son prénom et il retranscrit ce qu’il voit, lettre par lettre, sur une ardoise. Les erreurs sont peu nombreuses. Ensuite, c’est au tour de Julien de faire mimer cette fois des mots de base aux élèves. Chacun y va de sa saynète et provoque fous rires et gloussements. L’animateur leur montre alors en mime la différence entre un téléphone et un téléphone portable. Utile.

Quelques minutes plus tard, les ados profitent de la récréation pour initier leurs copains à cette nouvelle langue. Pour Ayssenur, une élève de 16 ans, ces 90 minutes ont été fructueuses. « Cela m’a donné envie d’en apprendre encore plus. C’est une vraie découverte qui va nous permettre de comprendre les sourds », s’enthousiasme-t-elle.

L’expérience a aussi conquis Julie Delamard, la prof principale. « Je m’intéresse à ce sujet depuis longtemps. Que cela soit basé sur le geste facilite l’apprentissage de ces jeunes qui eux aussi ont une gestuelle bien à eux. Ils sont étonnés, réceptifs. C’est le moyen de souder une classe. L’idéal serait de pouvoir travailler là dessus sur le long terme… »

La Semaine du handicap s’achève dimanche au complexe sportif Philippe-Catthiau, avec notamment des mises en situation et des simulations de handicap.

Source : http://www.leparisien.fr © 4 Juin 2014 à Villeneuve-la-Garenne

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.