La main des sourds

A Caen, la langue des signes enseignée aux étudiants

Auriana, Laëtitia, Clémence, Ronan, Mélanie, Marie-Christine et Ariette.

Des cours de langues des signes sont dispensés par l’association Visuel. Les élèves apprennent à signer avec leur corps, leurs mains et leur visage. Pour pouvoir communiquer avec les sourds et malentendants.

L’association Visuel dispense des cours de langue de signes française, sur le Campus 1. Tous les lundis soir pendant plus de deux heures, une dizaine de « grands débutants »apprend à maîtriser l’art de s’exprimer en silence. Avec leur corps, avec leurs mains et leur visage plus particulièrement. « On n’a pas l’habitude d’utiliser son visage pour communiquer et il a fallu se faire confiance au début », explique Ronan, étudiant en GEA (gestion des entreprises et administration).

Clémence et Ariette, les deux jeunes formatrices, n’entendent pas du tout. Elles dispensent la totalité du cours en langue des signes. Clémence explique qu’on peut dire plus et beaucoup plus vite qu’en parlant. Lorsqu’elle signe le vent qu’il y a dans les arbres, on voit alors les arbres se balancer dans ses mains. Fascinant.

Certains élèves ont rencontré un enfant, un client sourd, une personne de leur famille malentendante qui leur a donné envie d’apprendre. D’autres, linguistes, voulaient découvrir une nouvelle langue.

« C’est une langue en 3D »

Signer développe l’imagination. Marie-Christine, retraitée, ancienne professeur de langue, et Mélanie, formée en développement économique, expliquent : « Quanon ne sait pas comment quelque chose se signe, on essaie de montrer la forme. Cela nous oblige à nous représenter les choses dans l’espace et à trouver d’autres moyens de le dire. » Ariette confirme : « C’est une langue en 3D. »

Ils réinvestissent les signes appris au préalable sous forme de jeux de rôle et de société. Parfois des vidéos ou des mises en situation lancent la communication.

Laëtitia, étudiante en sociologie et enseignante, pense que « les profs de langues pourraient s’inspirer de cette pédagogie ». Les élèves en orthophonie, en stage ce jour-là, savent que cette langue est essentielle dans leur métier. Au bout d’un an, les apprenants connaissent à peu près la grammaire, et commencent à exprimer ce qu’ils veulent. Auriana explique que « c’est difficile de ne pas faire du français signé ». C’est-à-dire de s’éloigner des mots français. « À partir de la deuxième année, quand la grammaire est bien maîtrisée, l’expression devient plus fluide », constate Clémence.

L’association propose 8 niveaux de cours différents. Un stage de découverte est organisé du 7 au 11 juillet.

——————————————————————————————————————–

Association Visuel : bâtiment Vissol, sur le Campus 1. Cours le samedi, de 9 h 30 à 12 h 30 ; les lundi, mardi, mercredi ou jeudi, de 18 h à 20 h. Possibilité de stages intensifs au cours de l’année ainsi que pendant les vacances scolaires. Tarifs des cours (30 heures) : 225 € ; étudiant, demandeur d’emploi, famille d’une personne sourde, 195 €.

Contact : contact.normandie@visuel-lsf.org Renseignements complémentaires au 02 31 56 61 49.

Source : http://jactiv.ouest-france.fr © 31 Mai 2014 à Caen

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.