Les familles d’enfants sourds ne sont plus seules

0
Nanterre, samedi. De la pédagogie de choc : pour la création de l’association, les membres des P’tits signeurs ont sensibiliséle public avec des ateliers simulant la surdité.

Dans le département, une douzaine d’établissements scolaires de l’enseignement public proposent une scolarité adaptée aux enfants sourds ou malentendants, de la maternelle jusqu’au bac. Les parents se retrouvent de leur côté souvent bien désemparés quand leurs petits regagnent le domicile familial. Pour épauler ces foyers, plusieurs familles de Nanterre ont lancé samedi dernier l’association les P’tits signeurs.

Au cours d’un après-midi festif, elles ont présenté aux visiteurs les actions qu’elles entendent mener. « Nous avons pour objectif d’aider, soutenir les proches et sensibiliser le grand public », explique Esma Boukraa, la présidente des P’tits signeurs. Ces derniers mettent sur pied des cours en langue des signes « Nous devons trouver des enseignants ayant les compétences requises et qui accepteront de se déplacer jusqu’à Nanterre, précise Esma Boukraa. La municipalité nous prête une salle à l’école Jacques-Decour. » Un rendez-vous mensuel va y être mis en place. Objectif, développer l’entraide et l’échange d’informations.

Esma et Mohamed, son conjoint, qui ont une petite fille sourde 3 ans, ont constaté l’insuffisance de solutions et l’absence d’interlocuteurs pour les conseiller face aux petites galères du quotidien. « On n’arrive tout simplement pas à communiquer avec nos enfants, témoigne Esma Boukraa. On est sensibilisés à la langue des signes, mais cela s’arrête à l’entrée en maternelle. Notre fille progresse, pas nous. » Un constat partagé par Kaméra Vesic, la présidente de Pik Pik, groupement qui mène des actions éducatives pour développer l’écocitoyenneté dans les Hauts-de-Seine.

« Pas mal de choses ont été faites pour les personnes à mobilité réduite, souligne-t-elle. En revanche, on remarque beaucoup moins d’actions en faveur de ceux qui souffrent de troubles de l’audition. » Afin de sensibiliser le public, les membres des P’tits signeurs ont ainsi proposé samedi des ateliers ludiques dans la salle Jacques-Decour.

Un casque antibruit sur les oreilles, on comprend vite la difficulté à demander, sans entendre ni pouvoir parler, un poulet, du fromage râpé ou des carottes à l’épicière interloquée derrière son comptoir. Adultes et enfants s’amusent avec des jeux de société avec leurs seuls yeux et mains comme modes d’expression. Les P’tits signeurs songent déjà à essaimer au-delà de la ville préfecture. « Nous avons contacté d’autres municipalités, annonce Esma. Nous espérons toucher le plus de monde possible. »

Renseignements sur www.facebook.com/les.ptits.signeurs.

Source : http://www.leparisien.fr © 3 Mars 2014 à Nanterre

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.