La main des sourds

Béthune: à 57 ans, Henri, sourd et muet, a découvert le téléphone

Avant, Henri était sourd, muet et aussi employé chez Orange à Béthune. Depuis quelques mois, il est employé chez Orange, et aussi sourd et muet. La nuance tient dans une tablette numérique posée sur son bureau qui lui permet de communiquer presque normalement avec ses collègues et avec des correspondants extérieurs. Le dispositif, inspiré du visiophone, est en train de changer la donne professionnelle pour les personnes souffrant d’un handicap auditif et/ou de parole. À l’heure actuelle, 90 salariés d’Orange l’utilisent en France. Henri, en poste à Béthune, est le seul dans la région Nord – Pas-de-Calais.

Bienvenue sur la plate-forme Orange dédiée aux professionnels (ligne fixe et internet), installée rue Chappe à Béthune. Ici, une quarantaine de salariés travaillent en plateau. Ces fameux plateaux, sensés faciliter la communication et les échanges entre collègues. Oui mais quand on n’entend rien de ce qui se dit, de ce qui se passe… Quand on ne parle pas… « Je travaille pour France Télécom depuis 30 ans, raconte, par l’intermédiaire d’une interprète, Henri, un Béthunois de 57 ans, gestionnaire administratif, sourd et muet. Et pendant de longues années, je me suis senti bloqué. Les collègues discutaient entre eux, mais pour moi c’était difficile. On avait pris l’habitude de communiquer par écrit, mais ça n’était pas évident. Et puis, régulièrement, les collègues changeaient, étaient mutés, de nouveaux arrivaient, il fallait tout recommencer. Chaque fois, pour moi, c’était très angoissant… »

Des cours de langue des signes en salle de pause

Parce que même si certains collègues suivent des stages de langue des signes, même si Henri a installé un tableau blanc dans la salle de pause où il donne de petits cours express de langue des signes, même si sa supérieure apprend à signer pour pouvoir communiquer plus facilement avec lui, dès que l’on veut approfondir la discussion, ça n’est pas satisfaisant. Jean-François Kaczmarek, responsable accessibilité pour salariés sourds de France Télécom France, lui-même sourd et muet, raconte la sensation d’isolement : « C’est terrible ! Parce qu’à l’intérieur ça bout ! On voudrait exprimer des choses et on ne peut pas s’expliquer. Il n’y a pas de complicité avec les collègues, c’est source de malentendus. La communication est bloquée à tous les niveaux ! » Comment s’épanouir au boulot dans ces conditions ?
Alors, quand Henri entend parler de ce dispositif Élision (c’est son nom), il se lance. Trois ans de démarches, de discussions avec les supérieurs, pour enfin, il y a quelques mois, voir arriver l’outil sur son bureau. Concrètement ? Hérité de la technique du visiophone, Élision utilise une tablette numérique. Depuis son bureau, quand il veut communiquer avec un interlocuteur qui ne connaît pas la langue des signes (soit 99 % de ses contacts professionnels), Henri appelle une plate-forme d’interprétariat et est mis en relation en quelques minutes avec un traducteur. Il signe devant l’écran de sa tablette, le traducteur le voit et traduit à l’oral pour l’interlocuteur d’Henri, qui peut se trouver juste à côté de lui ou à l’autre bout de la France. « Je me suis rendu compte que je pouvais discuter avec les gens, de façon fluide. Je peux apprendre des tas de choses, prendre des décisions. Avant, beaucoup de choses restaient floues pour moi… »

Un logiciel qui gagne du terrain dans l’entreprise

Le concept existe depuis quelques années déjà pour les services publics (par ailleurs), il est en train de gagner du terrain dans le monde professionnel. Jean-François Kaczmarek : « L’arrivée du téléphone a été un gros frein pour les personnes sourdes et muettes qui sont restées bloquées, pendant un siècle. Et puis, avec l’arrivée d’Internet, le retard commence à être rattrapé. La visio-interprétation est en train de se développer. Ça n’est pas une solution miracle, évidemment, la solution idéale reste un interprète en chair et en os, mais c’est compliqué à organiser pour de petits entretiens, de quelques minutes seulement parfois, et c’est très cher (environ 70 euros/heure). Disons que c’est une solution complémentaire qui permet de rétablir un peu d’égalité entre les sourds et les autres. Autrefois on était vu comme sourds, point. Maintenant, les choses sont en train de changer, on reconnaît nos compétences en tant que professionnels avant de voir notre handicap. Le regard qu’on porte sur nous commence à être différent. »

Source : http://www.nordeclair.fr © 18 Septembre 2013 à Béthune

1 commentaire
  1. pecqueux dit

    Je suis surpris que , par hasard , j’ai lu ce ournal plublié.
    henri n’est pas seul dans le nord pas de calais .et moi aussi je suis sourd et je travaille chez orange à dunkerque ainsi que j’utlise ” OPLINK ” par comunnication !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.