La main des sourds

Sourds et aveugles à Poitiers (5)

Photographie prise le 25 décembre 1914, d’une soixantaine de blessés accueillis dans l’Institution, avec sur la gauche peut-être l’abbé Viollet et au centre un administrateur.

Voici l’avant-dernier volet de notre série. Gérard Simmat présente des documents rares, lors de la Première Guerre mondiale pendant laquelle l’institution a servi d’hôpital temporaire.

Un hôpital temporaire de la Croix-Rouge occupe les lieux pendant quatre ans: 2.416 blessés y furent soignés, venant de partout, de la Somme, de Vailly, de Verdun, de Champagne, de Dixmude, etc. Seuls six hommes y décédèrent sur place dans cette période.
Le président du comité de la Croix-Rouge (SSBM) de Poitiers est alors M. Louis Ginot, la présidente Madame de la Ménardière, les administrateurs de l’hôpital M. A. Lemesle et M. S. Vandenbussche, l’administrateur-adjoint M. le comte E. Le Camus, la surveillante générale Madame L. Ginot, le médecin-chef docteur J. Perdoux (chirurgien), les médecins traitants Dr L. Gallet et Dr Comte, les aumôniers l’abbé Blain et l’abbé de la Guéronnière, les pharmaciens MM. Gibard, Vignes et Joulia. Les Soeurs de la Miséricorde en sont les soignantes. Les dames de la société poitevine y travaillent comme infirmières ou au bureau des entrées. Le père Viollet soutient par sa verve primesautière le moral des soldats blessés. M. Gouin accompagne les chants.
Suite à la grande percée allemande du 27 mai 1918, ce sont plus de 1.000 blessés qui se succèdent entre avril et décembre! Tous les valides obtiennent quartier libre suite l’armistice signé le 11 novembre à 11h du matin. L’hôpital est fermé le 1 janvier 1919 après un fonctionnement de quatre années et trois mois, après avoir fourni 96.431 journées de blessés. Des remerciements furent adressés à tout le personnel par le sous-secrétaire d’État au ministère de la Guerre, par le directeur du Service de santé, par le délégué de la Société de secours aux blessés militaires et des récompenses furent décernées par l’administration centrale de la Croix-Rouge. On dira: « Que Dieu protège la France, et qu’il bénisse l’École des Sourds-Muets et des Jeunes Aveugles de Poitiers, qui a si bien aimé la France! »

Source : http://www.centre-presse.fr © 5 Décembre 2013 à Poitiers

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.