La commune de Dinant a-t-elle abandonné Théo, le petit sourd ?

7

L’éducation et l’intégration des enfants présentant un handicap a toujours été une thématique particulièrement délicate à gérer par les pouvoirs publics. L’histoire du petit Théo, un enfant malentendant de la région de Dinant, en est un nouvel exemple.

En 3e maternelle, l’année passée, le petit Théo, malentendant, a bénéficié du soutien très appuyé d’Alizée, co-titulaire de l’unique classe de maternelle de l’école communale de Neffe. Cette institutrice, qui s’est spécialisée dans le langage des signes, a permis au petit garçon de mieux suivre les cours, notamment en traduisant les leçons données par sa collègue.

Il y a un an, la presse saluait même le geste: « Le collège communal de Dinant vient de prendre une décision courageuse : prendre sur ses finances le salaire d’une institutrice mi-temps afin d’épauler l’institutrice maternelle-titulaire« , pouvait-on lire dans le journal régional L’Avenir daté d’octobre 2012.

Mais une semaine avant le début de l’année scolaire, Alizée a reçu un courrier de la commune, lui indiquant qu’elle n’était pas reconduite. Une décision lourde de conséquences.

Il reste en 3e maternelle

Pour bien comprendre le problème, il faut connaître le contexte. A la fin de l’année scolaire 2012-2013, le conseil de classe a décidé de laisser le petit Théo en 3e maternelle. « Il n’avait pas le niveau pour apprendre la lecture« , nous a expliqué Alizée, jointe par téléphone après nous avoir contacté via la page Alertez-nous.

« Sa maman avait le choix: l’envoyer dans un enseignement spécialisé, à 100 km, ou le faire doubler pour que je continue à travailler avec lui« , nous a-t-elle dit encore. Finalement, « comme la commune avait promis de prolonger mon poste durant les vacances, on a fait doubler Théo. Sa maman avait dit que si Mme Henrion restait, alors elle laisserait son fils en 3e maternelle« .

La commune « s’était engagée »

Hélas, l’administration n’a finalement pas reconduit le contrat de cette jeune institutrice maternelle. « J’ai reçu une lettre une semaine avant la rentrée, qui me disait que je n’étais pas reconduite. La commune s’était pourtant engagée à prendre mon emploi sur fonds propres (voir encadré) pour que je puisse continuer, et avait assuré aux parents que tant que l’enfant serait dans les écoles communales de Dinant, elle continuerait à assurer mon emploi« .

La raison évoquée par la commune ? « C’était une question financière, selon l’échevin de l’enseignement que j’ai contacté. Mais comme je n’avais pas d’autre emploi, j’ai proposé d’être bénévole. Et même de manière bénévole, ils ont refusé. Donc pour moi, si c’est uniquement une raison financière, je ne vois pas pourquoi on refuse du bénévolat« .

L’échevin de l’enseignement n’est pas du même avis

Différent son de cloche à l’administration de Dinant: « La commune n’a rien promis à cette dame« , nous a confié René Ladouce, l’échevin de l’enseignement.

Un échevin qui a du mal à comprendre l’acharnement de cette institutrice, et même de la maman du petit Théo. « J’en ai marre, c’est un chantage permanent. J’imagine que la situation n’est pas facile pour cette dame, mais on a la liberté de ne pas renouveler les contrats. On a estimé, avec le Collège communal, que ce n’était pas nécessaire. Son contrat à durée déterminée s’est achevé à la fin du mois de juin dernier« .

Et la commune donne ses arguments: « La titulaire principale de cette classe a été formée à la langue des signes également. De plus, quatre heures par semaine, une personne d’un institut spécialisé est présente dans la classe pour aider l’élève« .

Pas l’idéal

Une situation qui, selon Alizée, est loin d’être idéale. « Je suis en contact avec la titulaire, et elle me dit que c’est très dur pour elle d’assumer la classe, et de pouvoir lui venir en aide en même temps. C’est normal: elle est seule, et dans la langue des signes, elle a quelques notions mais n’a pas suivi les mêmes formations spécialisées que moi« , déplore-t-elle.

Promesse en l’air, malentendu, quiproquo… cette histoire est surtout malheureuse pour le petit Théo. « Il n’est pas à sa place, il n’a pas l’aide dont il a besoin« . Nous ne sommes pas parvenus à joindre sa maman, mais il est probable qu’il soit obligé de rejoindre un enseignement spécialisé, même si celui-ci est situé à 100 km de son domicile.

Un problème local, qui soulève à nouveau la thématique de l’enseignement différencié, un enseignement plus souple et adapté aux difficultés des enfants. Mais qui se heurte, hélas, à la dure réalité budgétaire des finances publiques.

[list style= »event »]

[/list]

7 COMMENTS

  1. Bonjour, j’ai mal mon coeur que les parents abandonne son fils theo.
    elle est pas bien abandonne théo et quelle modifie à cause il est sourd ?
    Moi, on est sourds et aussi mon fils sourd !
    On était bien passé avec mon fils sourd (sans problème) .
    Si elle abandonne son fils que je prends son fils théo .
    Moi, je ne peux pas abandonner ! jamais !
    cordialement

    • pardon, la suite je veux bien prendre un garçon théo car je ne peux pas deuxieme enfant !
      je dis c’est difficile unique mon fils sourd .
      Vous pourrez me dire la question s v p merci
      Pour éviter seul mon fils que je peux ajouter un garçon théo .
      Il est allée à l’école (en classe ce1) .
      je pense : ça fait mal mon coeur !
      cordialement

      • pardon, j’ai lu pas bien français .
        à cause à l’école , ils ne sont pas gentil .
        il peut aller à l’ école à bayonne (possible) .
        possible , je me trompe beaucoup !
        Moi, je cherche un peu par mon fils sourd en plus seul !
        c’est difficile unique mon fils !
        Il aime qui personne sourd chez moi .
        pas grave !
        merci bcp
        cordialement

  2. Bonjour Labenne,
    Je crois que vous n’avez pas bien lu. C’est pas les parents qui ont abandonné Théo, c’est la maternelle qui a choisi de ne plus prendre en charge l’institutrice spécialisée à la dernière minute pour qu’elle puisse suivre le petit théo. La seule solution est de le placer dans un enseignement pour les sourds (100klm de chez ses parents).. c’est ce qu’ils ont écrit..

  3. C’est vraiment malheureux de lire sa concernant cette commune, s’ils avaient un minimum de compréhension, ils laisseraient venir cette dame même en bénévolat… Mais même sa c’est trop dur pour eux ! Je pense que si le Maire avait un enfant sourd, TOUT serait différent…!!!!!
    Bon courage au petit Théo pour cette année qui du coup, va complètement être différente.. Il va devoir reprendre ses marques et se battre tout seul ( dans les moments ou la prof. Spécialisée n’est pas là…)

    • Effectivement tout sera différent pour le maire si il avait un enfant sourd..Tout ça c’est l’injustice… Etant une maman d’un ado sourd..je l’imagine tout seul et ca va être dur…Si j’étais à leur place de le placer à l’enseignement des sourds en attendant de trouver une solution rapidement afin d’éviter l’internat. De plus, il a déjà un problème de lecture et il se pourrait que ce soit encore un echec que je n’espère pas pour lui.. je lui souhaite bon courage et un espoir de trouver une solution pour lui et ses parents..Coridalement.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.