A la une

Profond malentendu

Une famille est en pleine mésentente avec l’Institut national des jeunes sourds pour la prise en charge d’un enfant

Pas facile d’obtenir une place en classe de sixième pour Marwane.

«Un dialogue de sourds », c’est Khira Fattore, maman de Marwane, « sourd profond » qui le dit. Il y a pour le moins un gros malentendu entre cette famille et l’INJS, Institut national des jeunes sourds de Gradignan. Parents d’une famille nombreuse, dont deux enfants sont atteints de surdité, M. et Mme Fattore, habitants de Canéjan, pensaient que Marwane, suivrait le même parcours que sa sœur déjà à l’INJS : « L’an dernier, il était au CAL (Centre de l’audition et du langage) à Mérignac qui accueille des enfants jusqu’à 12 ans. Notre souhait était qu’il soit maintenant scolarisé au collège Mauguin de Gradignan, où l’INJS s’occupe d’une sixième Segpa (Section d’enseignement général et professionnel adapté). C’était aussi la meilleure solution, compte tenu de son handicap. »

Le directeur motive le refus

Il fallait au préalable une notification de la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées). Elle a été accordée avec deux établissements mentionnés : l’INJS et le Cesda Richard-Chapon (Centre d’éducation spécialisé pour déficients auditifs) basé à Bordeaux. « Nous avons essuyé un refus catégorique de l’INJS. Or le Cesda, qui s’occupe plutôt d’enfants ayant des handicaps associés, ne correspond pas à la situation de notre fils», affirme Khira Fattore.

Les parents ont obtenu une entrevue avec le directeur de l’INJS, François-Xavier Lorre. Le ton est monté. «Mon mari a dit ce qu’il pensait», justifie Mme Fattore.

Le directeur a confirmé « des relations tendues » dans un courrier adressé à la mairie de Gradignan, auprès de laquelle, la famille Fattore avait tenté d’obtenir une médiation.

M. Lorre explique son refus sur le fond : « Je m’appuie sur une évaluation, une commission d’admission et je travaille en lien avec le CAL et le Cesda. Enfin, je dois tenir compte des moyens à ma disposition et préserver l’existant. Je ne peux répondre favorablement à toutes les demandes. Nous prenons les jeunes qui nous paraissent le mieux correspondre à notre projet. »

Solution alternative

À la rentrée, Marwane a été provisoirement accueilli au Cesda pour trois jours d’intégration. Au vu de cette expérience, le centre fera une proposition. Son directeur, Joël David, le garantit : « La famille souhaitait l’intégration dans une classe de sixième.. Nous n’avons pas cet outil en partenariat. On peut essayer d’en trouver. Sinon, on présentera un projet d’évolution pour l’enfant. Ensuite, ce sera aux parents de décider. » Il faudra de toute façon trouver un terrain… d’entente.

[list style=”event”]

[/list]

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.