La main des sourds

La langue des signes entre à l’école

« Bonjour ! », signent les enfants sourds et leurs encadrantes.

Hier matin, l’heure de l’école a sonné

C’est une première en Loire-Atlantique. L’école Jacqueline-Auriol, à Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, a ouvert, hier, une classe bilingue, langue des signes française – français écrit (LSF-F). Objectif ? « Reconnaître la langue des signes comme une langue en tant que telle et l’enfant sourd comme un élève disposant d’un potentiel linguistique différent… »

Il s’agit également de favoriser la socialisation des élèves par leur intégration dans une école ordinaire. Six enfants, de la petite section au cours moyen, originaires de différentes communes du département, ont ainsi été accueillis.

Dans la classe, les programmes officiels sont enseignés en langue des signes. « Ce projet date de la dernière campagne législative, explique Monique Rabin, maire et députée du Pays de Retz. Des membres de l’Association des parents d’enfants sourds de Loire-Atlantique (Apes 44) m’avaient sollicitée pour accueillir une classe à Saint-Philbert. Je suis donc intervenue auprès de l’Éducation nationale qui a finalement accepté d’ouvrir cette classe. »

1 commentaire
  1. claire dit

    Bonjour, je fais également partie du même dispositif sur Marseille! Deux classe une en maternelle et une en primaire composé d’enfants sourds et de professionnels soignants c’est un plaisir :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.