La main des sourds

La messe en langage des signes

Une traductrice dévouée

Le pèlerinage national se veut adapté à chacun, avec des démarches spécifiques.

Ainsi, il existe un «pélé éveil» et «pélé espoir» pour les pèlerins handicapés mentaux, mais aussi le «pélé sourds et malentendants». Mardi matin, lors du temps d’approfondissement de la foi, une hospitalière a traduit en langage des signes la conférence qui avait lieu sur la prairie. Les messes sont également traduites pour les personnes malentendantes et sourdes.

Preuve que tous les pèlerins, malades ou non, peuvent partager un moment fraternel lors de ce 140e pèlerinage national.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.