La main des sourds

Un musée entièrement dédié aux sourds à Louhans

Patrimoine. Situé dans les dépendances de l’Hôtel-Dieu, le musée des Sourds, ouvert complètement depuis mars, est le premier de l’Hexagone consacré à ce handicap.

Armand Pelletier, le président fondateur de l’association Culture et langue des signes Ferdinand-Berthier, et son épouse Yvette.

« Ça fait presque douze ans que le musée est en préparation », explique Armand Pelletier, membre de l’association louhannaise Culture et langue des signes Ferdinand-Berthier.

C’est un aboutissement pour tous ses membres, qui se lit sur leurs visages souriants : les travaux menés par la municipalité pour l’aménagement du musée des sourds à l’Hôtel-Dieu viennent de s’achever, et l’association peut désormais se consacrer à la mise en place des expositions. Un aboutissement aussi pour toute la population sourde, puisque c’est le premier musée qui lui est entièrement dédié en France.

Une grande partie du musée sera consacrée à un Louhannais : Ferdinand Berthier. Né sourd en 1803, l’homme a fait de grandes études à Paris, et n’aura de cesse de défendre ceux qu’il appelait ses « frères ».

« À son époque, les gens ont été surpris de découvrir qu’un sourd pouvait faire des études, avoir la même intelligence que les entendants, et obtenir un grand poste », confie Armand Pelletier, qui a consacré beaucoup de son temps à des recherches sur l’homme.

Ferdinand Berthier a en effet été le doyen des professeurs sourds à l’Institut de Paris, membre de la Société des gens de lettres, fondateur de la Société centrale des sourds-muets de Paris en 1838, et cofondateur de la Société centrale d’éducation et d’assistance pour les sourds-muets en France, en 1850. « Ça a été comme un réveil pour cette population sourde », commente l’épouse d’Armand, Yvette Pelletier, également malentendante.

Le fait que le buste de Ferdinand Berthier soit situé juste en face du musée des Sourds et tourné dans sa direction sonne comme un heureux symbole pour Armand.

Durant toute sa vie, Ferdinand Berthier revendiquera le droit pour les sourds de pouvoir utiliser la langue des signes en toutes circonstances, y compris à l’école et au tribunal.

Une demande qui semble aller de soi aujourd’hui. Pourtant, cette langue a été interdite jusqu’en 1977 et il faut attendre 1991 et la loi Fabius pour qu’elle soit à nouveau utilisée dans l’éducation des enfants.

C’est cette histoire que les membres de l’association transmettront au public du musée des Sourds, en rendant hommage aux écrivains célèbres qui se sont battus pour faire reconnaître les droits de cette population. Les visiteurs pourront y lire certains de leurs textes. Ils découvriront plus largement le patrimoine culturel sourd.

Une première exposition sera présentée au public du 12 au 19 septembre, dans une petite salle du musée, en attendant l’ouverture officielle prochaine.

Musée des Sourds, Rue Edgar-Guigot à Louhans.

À lire : « Moi, Armand, né sourd et muet… », d’Armand Pelletier et Yves Delaporte.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.