Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

4 Apercu du systeme d’education en France OSS2007 Cetim [Vidéo]

3 commentaires
  1. sylvie dit

    Je suis d’accord à 100% avec cet aperçu!,c’est bien la triste réalité de la situation française,ça ne va pas!…La Suède a très bien compris les vrais besoins de sourds dans l’éducation scolaire et ici,il y a un gros problème de discrimination déguisée en prétextant que l’implantation massive des enfants sourds font d’eux des pseudo-entendants dont l’intégration individuelle est selon ces soit-disant spécialistes de la surdité ne pose pas de problème or en réalité,ils restent des sourds,l’énergie que fournit l’enfant est disporportionné par rapport au retour qu’il reçoit (90% d’efforts pour le sourd et 10% pour l’entendant,c’est trop facile de demander au plus faible de s’adapter au plus fort!)…ça fait très longtemps que j’ai compris grâce à mes différents systèmes scolaires vécus de la maternelle au Bac,que l’intégration collective dans un établissement ordinaire avec une méthode bilingue LSF/français est la plus efficace,il n’y en a que 5 en France!!!!…il faut que chaque département,il y ait au moins une école bilingue pour le respect de l’enfant sourd qui a droit à l’égalité de l’éducation scolaire digne de nom,qui ne propose pas l’abaissement du niveau de français volontaire à l’école primaire,qui respecte le programme de l’éducation nationale sans double décodage linguistique.Sourdialement

  2. Daniel dit

    En effet, ce sont les manques d’aménagements qui poussent les sourds à échouer, à se décrocher voir même s’orienter dans des filières professionnelles. Qu’avons-nous fait pour mériter ça ? Nous méritons d’avoir une chance comme les entendants ont au départ dans l’enseignement secondaire. En effet, j’ai pu remarquer qu’il n’y a pas d’attention particulière sur l’enseignement adéquat pour les sourds, par conséquent la loi du 30 juin 1975 n’est pas correctement pratiquée. Il y a peu en France, des institutions spécialisées en faveur des sourds. Nous devons insister, en vue de nos futurs enfants (sourds ou pas), auprès du ministère de l’éducation nationale et aussi celui de la santé, une mise en place massive des institutions spécialisées, des professionnels spécialisés et aussi une préparation des classes annexées. J’ai pu, de mon vécu, intégrer dans une classe entendante quelques années et aussi, assister et participer dans une classe annexée avec seulement des sourds. Je peux vous dire, que le mode d’apprentissage des classes annexées me conviennent parfaitement à l’égard de l’intégration. Pourquoi ? Très souvent les professionnels de ces classes sont très informés des difficultés liées à le handicap : méconnaissance de quelques mots, une maîtrise un peu hasardeuse du Français etc… Dans ces classes annexées, il y a une attention accrue, une éducation et l’enseignement adéquates avec des méthodes appropriées (LSF, LPC). Cela permettrait aux sourds et malentendants de rattraper le niveau des entendants voir même le surpasser.
    Il faut à tout prix d’insister sur le fait que tous les élèves, quelque soit leurs handicaps, doivent avoir les mêmes chances au départ dans l’enseignement secondaire. C’est avec surpris que j’ai appris de vous, que la Suède a accordé un mode d’enseignement pleinement adéquat aux sourds et visiblement les effets sont très positifs. Il faudrait, donc, insister et insister auprès de ces ministères.
    Vous m’avez donné l’envie de rédiger une lettre et je vous tiendrais au courant.

    1. sylvie dit

      bonjour Daniel
      Justement,les classes annexées dans un établissement ordinaire avec des professeurs sourds signant (un modèle très important pour les jeunes),utilisant la méthode bilingue est de loin la moins coûteuse et la plus efficace,car il y a également une double sensibilisation entre deux mondes (sourd et entendant),le savoir vivre ensemble et l’égalité de progression d’apprentissage…l’intégration individuelle pour les personnes sourdes sévères à profondes doivent être interdites à cause de la souffrance psychique que ça engendre,j’ai connu cela un moment, j’en garde mauvais souvenir (qui conduit en conséquence la perte progressive de la motivation d’apprendre,j’ai une amie qui a été victime de cela et ça a mené à quelque chose de plus grave,la rupture définitive avec sa famille ultra-oraliste et pro-intégration individuelle,à la dépression…).Ce n’est pas par hasard que Toulouse a une meilleure école pour sourds de France,il existe là-bas une éducation entièrement bilingue de la maternelle à la terminale!….il existe également à Poitiers,à Angers (école primaire seulement),à Coëx (seule école du village de France à avoir adopté la classe bilingue à l’école primaire),dans la région parisienne (en essonne je crois),et une autre je ne sais où….Il est urgent que ce système-là ayant fait preuve d’efficacité se généralise partout en France et devienne la seule méthode pédagogique référente obligatoire pour les sourds profonds…pourquoi continuer à mépriser un système éducatif qui marche bien?,c’est quelque chose que moi,j’ai du mal à comprendre…l’intégration individuelle est au contraire encouragée,c’est le monde à l’envers quoi!.Par contre,les instituts spécialisés fermés sont très coûteux et pas forcément une bonne solution,il ghettoïse les enfants concernés…ça fait poser beaucoup de problèmes à leur sortie d’institut car il y a confrontation au monde réel extérieur qui est très différent de leur imagination dont les conséquences de l’internement de plusieurs années peuvent être graves(incapacité de s’adapter au milieu différent,alcoolisme,toxicomanie,dépression…),il faut quelque chose de plus moderne,nous somme au 21ème siècle maintenant!,le modèle suèdois ou le modèle toulousain répond tout à fait aux besoins des personnes sourdes.Sourdialement

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.