La main des sourds

Doubs : quand le cochon rend sourd

Serge Personeni, 59 ans, est invalide. Malentendant, il accuse 4 000 porcs, et ses conditions de travail, de l’avoir rendu sourd. Il a travaillé vingt ans dans des porcheries du Jura et du Doubs, 14 heures par jour, sans protections.

Serge Personeni, un habitant de Saint-Laurent-en-Grandvaux (Jura), accuse son ancien employeur, une grosse société de porcheries basée en Haute-Savoie, d’être à l’origine de ses problèmes de surdité et d’équilibre.

Agé de 59 ans, il demande que son handicap soit officiellement reconnu et surtout que la cause soit déterminée.

Pour lui, elle ne fait aucun doute. « J’ai travaillé pendant vingt ans dans des porcheries du Doubs et du Jura. Des élevages qui comptaient de 1 500 à 2 000 porcs, c’était donc des cris très fort en permanence. Et moi, je restais des heures et des heures là-dedans sans aucune protection. Normalement, j’aurais dû rester un quart d’heure exposé à une telle puissance sonore. Mais c’était minimum huit heures, plutôt dix, et sans casque qui aurait permis de me protéger. »

« Je voyais bien les dernières années quand il rentrait, qu’il mettait la télévision de plus en plus fort, maintenant il dort beaucoup, il est toujours très fatigué », précise Arlette, son épouse, qui a, depuis plusieurs années, accumulé les éléments pour prouver le lien entre le travail de son mari et sa surdité.

En 2008, Serge fait un véritable burn-out et doit arrêter son activité d’ouvrier agricole. C’est le tribunal des affaires de sécurité sociale du Jura qui traitera l’affaire le 15 mai. Plusieurs relevés effectués dans des porcheries devront démontrer que les décibels délivrés par des milliers de cochons sont incompatibles avec un travail sans protection.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.