La main des sourds

Conference de presse du 17 mai à 11h à la mairie 9eme de Lyon

POURQUOI ?
Notre marche symbolique de Paris à Milan, du 18 mai au 28 juin 2013 passera par Lyon les 7, 8 et 9 juin 2013. 6 marcheurs sourds se relaieront sur plus de 1000 km, pour sensibiliser l’opinion publique des barrières que nous rencontrons dans notre quotidien. Aujourd’hui, nous sommes encore victimes de lourdes discriminations dans les domaines de la santé, de l’emploi, de l’éducation et de l’information.
Huit ans après la Loi Handicap du 11 février 2005, nous exprimons notre inquiétude. Notre situation se dégrade : accélération des dépistages dès la naissance de l’enfant, multiplication des implants cochléaires, intégration scolaire individuelle d’enfants sourds de plus en plus fréquente, coût élevé du recours aux interprètes, et difficulté d’accès aux thérapies médicales et psychologiques.
Il est important de vous faire savoir qu’avant 1880, les personnes sourdes avaient une bonne maitrise du français et pouvaient écrire des livres. Ceci grâce à l’abbé de l’Epée qui diffusa avec succès une éducation en langue des signes. Les sourds pouvaient exercer un métier de façon responsable et autonome, certains étaient professeur, directeur d’école, …
A Lyon, Claudius Forestier, un acteur important dans l’Histoire des sourds, professeur, directeur et fondateur d’une école bilingue à Lyon Vaise, il accueillait des enfants sourds et malentendants. Malheureusement, en 1880, lors d’un congrès international à Milan, l’enseignement – pour les élèves sourds – par la méthode oraliste fut choisi et voté. C’est le début de l’exclusion de la langue des signes. Le gouvernement français prit la décision de licencier les professeurs sourds et de retirer ses subventions aux écoles bilingues. Malgré cela, à Lyon, Claudius Forestier, seul directeur sourd à avoir pu rester en poste, continua à enseigner en langue des signes pendant 9 ans, jusqu’à sa mort.
Depuis ce congrès, la méthode oraliste est devenue le choix officiel et utilisée dans toutes les écoles spécialisées. La langue des signes y fut interdite, ce qui eut pour conséquences de stopper la transmission des savoirs aux élèves sourds. Cette décision a aujourd’hui une conséquence grave : l’illettrisme, entraîné par une méthode oraliste inadaptée et par l’absence d’enseignement en langue des signes, qui touche près de 75% de la population sourde.
Cet état de fait entraine des difficultés d’insertion, dans les échanges professionnels et administratifs, car ce sont des actes qui nécessitent une maitrise de l’écrit. L’échec scolaire est d’autant plus handicapant pour les Sourds ne maîtrisant pas ou peu la communication orale. Leur participation à la vie sociale et l’accès à l’information réduit leurs possibilités d’exercer pleinement leur citoyenneté. Dans le monde du travail, malgré l’embauche des personnes handicapées soutenue par l’AGEFIPH, les salariés sourds souffrent quotidiennement de l’exclusion et de l’isolement face à des salariés entendants peu sensibilisés à la surdité. Beaucoup démissionnent. La discrimination est aussi criante pour une majorité d’étudiants sourds et malentendants, qui ne peuvent accéder à des études supérieures, car le recours à un interprète pour une année d’étude coûte bien trop cher : entre 40 000 et 60 000 € pour un an !
Pourquoi l’intégration scolaire individuelle d’élèves sourds, continue-t-elle, malgré le pourcentage élevé de l’illettrisme généré par la méthode oraliste ?
La Loi de 2005 favorise–t-elle vraiment l’accessibilité des personnes sourdes ? Nous n’avons pas, pour le moment, de statistiques concernant la réussite ou l’échec de cette loi, et ses conséquences sur la scolarisation et les conditions de vie des sourds. Mais nous souhaitons ici vous montrer les difficultés de la vie quotidienne des personnes sourdes et malentendantes, conséquences d’une mauvaise application de la loi.
( à suivre)

1 commentaire
  1. PG dit

    Bonjour,
    Beaucoup d’entre vous ont lu et apprécié mon livre “Il était une fois les sourds français” (2011) qui retrace les faits marquants de l’histoire des sourds à travers des textes explicatifs, de courtes biographies et des illustrations intéressantes (de la préhistoire à nos jours).
    Pour en savoir plus, il suffit d’aller voir mon site personnel : http://www.patricegicquel.fr ou bien le site de mon éditeur : http://www.bod.fr.
    Et pourquoi pas diffuser cette info autour de vous (famille, amis, collègues de travail…) ? Merci.
    Vous souhaitant par avance une agréable lecture !
    Cordialement,
    Patrice GICQUEL

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.