A la une

Silence(s) (2/5): Un cri sourd

Deuxième étape de notre semaine silencieuse, avec Emmanuelle Laborit. Elle est comédienne et directrice de l’International Visual Theater, première compagnie professionnelle de comédiens sourds et lieu pionnier de l’enseignement de la Langue des Signes Française. Elle est aussi l’auteur d’un roman autobiographique, Le cri de la Mouette, paru en 1994 (Robert Laffont). Son interprète Corinne Gache assurera à ses côtés en plateau la traduction.

Hier le sociologue David Le Breton défaisait le couple silence-vide, et redisait ce qu’il faut de silence pour que la parole respire, se tisse de sens, laisse place à l’autre. Dans son livre Du Silence, il écrit que la surdité doit être envisagée comme un rapport au monde différent moins que comme un handicap. Et s’il réaffirmait que nul ne doit être réduit au silence, alors ne pas entendre ne doit pas signifier ne pas avoir la liberté de s’exprimer, de communiquer. Cela paraît banal, et évident dit comme ça, mais il faut réaliser le sort fait à la Langue des Signes, même récemment, même en France, pour comprendre que ce n’est pas si simple. Depuis 2007, l’International Visual Theater est installé au cœur de Paris. C’est un laboratoire de pensée et de diffusion pour la culture sourde. Lieu voulu exemplaire, où les artistes sont au centre, et où l’attention portée au public, aux enfants encore plus, dépassent les bonnes intentions. Emmanuelle Laborit est à l’origine et à la direction de ce lieu. Elle est comédienne. Il y a vingt ans paraissait Le cri de la Mouette, livre biographique qui retraçait différentes périodes, de son enfance à l’obtention d’un Molière de la révalation théâtrale la même année. Aujourd’hui, un projet de charte pour l’enfance Sourde est à l’œuvre, et elle sait patiemment se faire entendre, y compris des ministres, qui font la sourde oreille. Corinne Gache traduit nos propos et les propos d’Emmanuelle, tandis qu’Emmanuelle signera.

La comédienne et directrice de l’internationale Visual Theater Emmanuelle Laborit est notre invitée aujourd’hui. Elle est l’auteur d’un roman autobiographique Le cri de la mouette, et plus récemment d’une Charte pour l’enfance sourde; nous évoquerons avec elle ses combats, en présence de son interprète Corinne Gache.

Votre heure débute avec la voix de Catherine Mouchet, qui déballe sa bibliothèque cette semaine. Elle choisit de mettre en regard un extrait d’Albertine disparue de Marcel Proust et un extrait de Pierre-Auguste Renoir, mon Père de Jean Renoir.

L’image Polaroïd du jour est une image d’avant l’amour.

Vers 16H50 arrive un nouveau Poème du jour dans des voix de la Comédie-Française. Cette semaine les textes sont piochés dans le recueil A ce qui n’en finit pas de Michel Deguy.

Programmation musicale
Damien Saez, Ma Petite Couturière
Jean Aladin Bikoko, Kon u bi kon
Michael Jackson, Beat it
Invité(s) :
Emmanuelle Laborit
Thème(s) : Arts & Spectacles| Sciences du Langage| Théâtre| LSF| SILENCE| surdité

Source : http://www.franceculture.fr © 23 Avril 2013

 

Afficher plus

Articles similaires

Un commentaire

  1. je suis un peu inquiet de savoir qui va travailler sur la charte de l’enfant sourd. Avec la popularité de mme Laborit, j’ai peur que la charte IVT soit comprise comme une charte de l’enfant sourd

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.