Les sourds muets crient à l’exclusion

0

La procédure de nomination du représentant des handicapés au Conseil économique, social et environnemental (Cese) n’est pas du goût de l’Association nationale des sourds du Sénégal (Anassen). Les camarades de Ousmane Diaw, Président deladite association n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère pour charger la Direction de l’action sociale (Das) et la Fédération sénégalaise des associations de personnes handicapées (Fsaph).

L’Association nationale des sourds du Sénégal (Anassen) fustige et dénonce la procédure de nomination du représentant des personnes handicapées au Conseil économique, social et environnemental. Les camarades de Ousmane Diaw, président de l’Anassen, pointent un doigt accusateur sur la Direction de l’action sociale (Das) du ministère de la Santé et la Fédération sénégalaise des associations de personnes handicapées (Fsaph). « Nous avons é été très surpris d’apprendre que les responsables de la Direction de l’action sociale en collaboration avec la Fédération sénégalaise des associations de personnes handicapées (Fsaph), ont convoqué une réunion au ministère de la Santé pour choisir la personne qui doit représenter les handicapés », a souligné Aminata Fall Mbacké, membre de ladite association, qui nous a rendu visite à la rédaction, avant-hier mercredi. Et d’ajouter : «Ils l’ont fait sans les personnes sourdes. Ils nous excluent».

Une procédure qui, selon elle, ne les « surprend guère », dit-elle, se référant au rapport de présentation du représentant des personnes handicapées au Cese. Lequel rapport dont nous avons reçu copie, indique clairement que « conformément aux instructions des hautes autorités du ministère de la Santé et de l’Action sociale, le président de la Fsaph a tenu une rencontre avec des membres du Directoire de la fédération choisis pour proposer le délégué devant représenter les personnes handicapées au Cese».

Se réclamant d’être «des citoyens à part entière », la porte-parole de l’Anassen dit «ne pas comprendre l’attitude de la Das au moment où les autorités prônent la rupture.» Et de poursuivre : «Nous sommes dans une démocratie et on leur a fait savoir qu’ils auraient dû nous inviter à la réunion même si on ne pas parler ni entendre comme eux
C’est pourquoi, précise l’experte en santé publique et développement, « Nous pensions qu’il y aura une rupture au niveau de la Direction de l’action sociale. Nous nous sommes battus pour l’avènement de la deuxième alternance. Nous étions à la place de l’obélisque pour défendre la constitution. »

Pour Aminata Fall Mbacké, « l’Anassen n’est pas obnubilé par un poste. » D’ailleurs, souligne-t-elle, « Nous ne quémandons pas. Nous sommes la seule catégorie de personnes qui ne tendons pas la main », tout en indiquant que : « Nous sommes habitués des faits de la fédération où nous jouons pourtant un très grand rôle du fait de notre dynamisme et de notre participation dans ce pays. »

Il convient cependant de noter que nos tentatives pour entrer en contact avec un responsable de la Das ont été vaines. En revanche, Yatma Fall, le , intervenant sur les ondes de la RFM, a démenti les accusations portées sur la fédération, précisant que « Le ministère a demandé à la fédération de choisir un candidat dans chaque catégorie d’handicapés et, nous avons reçu 16 candidatures et parmi celles-ci, Mme Aminata Fall Mbacké », a-t-il affirmé.

Source : http://www.sudonline.sn © 29 Mars 2013 à Sénégal

 

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.