Les sourds veulent sauver leur unique centre de santé mentale

La communauté des sourds de Bruxelles et de Wallonie a manifesté ce jeudi après-midi à Namur. Ils étaient une cinquantaine à dénoncer la quasi disparition du seul centre de santé mentale spécialisé dans la langue des signes. Il est situé à Jambes. Mais depuis plusieurs mois, il ne fonctionne plus, faute de personnel.

Dans ce centre de santé mentale pour sourds, il ne reste plus qu’une seule assistante à mi-temps maîtrisant la langue des signes. Selon Luc Walraedt, directeur de la Bastide, un autre centre spécialisé dans la prise en charge des sourds, c’est le pouvoir organisateur actuel qui est responsable :

” Il y a vraiment un mépris à l’égard des professionnels de terrain. A cause de ces dysfonctionnements, cela fait six mois que ces services ambulatoires de santé mentale pour sourds ne disposent plus de psychothérapeutes. Un service de santé mentale sans psychothérapeute, c’est un service qui n’existe plus ! ”

Parmi les manifestants, la présidente de la Fédération Francophone des Sourds de Belgique, Martine Fraiture :

Un service de santé mentale a besoin de professionnels qui puissent accueillir les personnes sourdes en langue des signes pour comprendre leurs problèmes. Il faut aussi qu’ils puissent connaître leur culture”.

Les administrateurs de l’asbl Selina (Services Libres interrégionaux du Namurois), qui gère le centre de santé mentale de Jambes, reconnaissent que des problèmes ont empêché le centre de fonctionner normalement ces derniers mois. Mais assurent que les mesures nécessaires ont été prises et que l’existence du centre n’est pas menacée.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.