A la rencontre des footballeurs sourds

0
Argenteuil, jeudi soir. Les joueurs de l’Union sportive des sourds s’entraînent deux fois par semaine sur un terrain de la place des Vosges.

Sur un des terrains de foot de la place des Vosges, à Argenteuil, tous ont les yeux rivés vers Slimane, l’entraîneur. Ce dernier communique avec ses joueurs… en langue des signes. Normal : c’est l’équipe de l’Union sportive des sourds (USS) d’Argenteuil 95, la seule du genre dans le Val-d’Oise.

Aujourd’hui, quatorze joueurs et trois dirigeants de ce club créé en 1994 et champion de France 2012 de futsal se rendent à Marseille pour affronter l’équipe locale de sourds.
« Nous allons jouer le quart de finale de la Coupe de France, précise fièrement Stéphane Tuccillo, le président du club, lui-même malentendant. C’est un match très important. »

Tous l’ont compris, d’où leur motivation, jeudi soir, à quelques jours de l’échéance. Si les blagues et les taquineries fusent entre joueurs, à la sortie du vestiaire, l’ambiance est tout autre sur le terrain. Jogging sur le dos, avant de chausser les crampons, Slimane enjoint les joueurs à courir vingt minutes. Puis vient le moment de dévoiler la stratégie à adopter. « Vous devez y croire, y aller, il faut foncer », indique-t-il de ses mains. Lui aussi est malentendant.

« C’est sûr, on va gagner », réagit Hamed, 23 ans, défenseur ou milieu. Plus qu’une simple pratique sportive, joueur dans ce club depuis sept ans, cela représente pour lui un « véritable développement ». « C’est important d’être en compétition avec des sourds. Nous ne communiquons pas de la même manière : nous, nous avons les gestes, les yeux, on joue beaucoup avec le regard », détaille-t-il. « Pour nos matchs, les arbitres ont un petit drapeau de couleur qu’ils lèvent lorsqu’ils sifflent », ajoute Stéphane Tuccillo. A ses côtés, Mustapha, milieu offensif de 33 ans, membre de l’équipe de France, acquiesce. « Les entendants ont leur monde et nous avons le nôtre, explique-t-il. Nous devons être environ 600 licenciés sourds en France, alors il est important de se rencontrer. »

Comme lui, Hamed est supporteur de l’OM. Alors, jouer à Marseille, c’est tout un symbole. Mais ils comptent bien tout faire pour que l’aventure ne s’arrête pas en si bon chemin. « La coupe, on la veut », insiste Stéphane Tuccillo.

[list style= »event »]

[/list]

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.