Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
<> <>
Hauts de Seine Habitat

Des signes à décrypter

Céline Juillet, interprète en langue des signes, a animé une des deux visites guidées de l’exposition «Design a cappella», dans l’église des Jacobins.

En plus d’être un cadre qui se prête aux mises en scène, l’église des Jacobins, qui accueille jusqu’au lundi 17 décembre l’exposition «Design a cappella», est un espace d’expérimentation et d’accueil très différent de son grand frère, le musée de la place Docteur-Esquirol.

Les enfants y trouvent leur bonheur au travers d’ateliers qui leur sont destinés. Devenue une destination prisée des écoles qui y trouvent matière à un enseignement pédagogique ludique, les Jacobins organisent régulièrement des visites pour les malvoyants – comme récemment – et pour les malentendants.

«J’ai travaillé à HPK !» Ce dimanche, Céline Juillet, interprète en langue des signes, a conduit les visiteurs d’espace en espace, en compagnie de la guide Julie Coustaud. La moitié du groupe était composé de personnes malentendantes, ce qui permettait aux autres de s’initier aux messages. Beaucoup, devant la table défi, longue de 6 m, aux pieds polis, se sont penchés pour voir l’ouvrage d’en dessous. Mêmes sourires étonnés devant le meuble en chanvre ; des commentaires aussi, à haute voix ou sous forme de mimiques et de signes de la main. Un peu plus loin, Anne-Marie Hamon livre un commentaire, traduit par Céline Juillet, devant une œuvre de Vincent Poujardieu, un tapis tatami zen en liège : «J’ai travaillé durant dix ans dans cette usine. A l’époque, on ne fabriquait pas de tels objets !»

Source http://www.ladepeche.fr © 10 Décembre 2012 à Agen
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.