L’Écho du corps, de la langue des signes à la danse

0

La compagnie rennaise Dana, dirigée par la chorégraphe et danseuse brésilienne Anamaria Fernandes, a entrepris un beau projet de création, qu’elle a présenté au Diapason. Il s’agit d’une adaptation dansée du poème L’Echo du corps, de Ghérasim Luca. Très vite, lors du travail mené autour de celui-ci, est apparu l’évidente nécessité de faire intervenir une parole du corps. Les danseuses ont été d’abord invitées à imaginer une langue des signes personnelle, avant que n’intervienne dans la création la véritable langue des signes, celle utilisée quotidiennement par les sourds-muets. De l’association de ces trois formes de langage, résulte une représentation sensible, fine et juste.

Le tout est parfaitement rythmé, une bande sonore accompagnant parfois la gestuelle des danseuses. L’ensemble peut paraître à certains yeux expérimentés quelque peu fragmenté, mais cela n’anéantit point le propos principal : réunir, au sein d’un même spectacle, sourds et entendants. Pari réussi car chacun pouvait, à sa manière, se saisir du sens transmis par cette danse, et se mettre ainsi à la place de l’autre. En atteste cet instant extrêmement subtil et troublant, où, par l’intermédiaire d’une vidéo projetée, le spectateur entendant se retrouve soudainement dans la peau d’une personne sourde, à tenter de lire sur les lèvres de la comédienne filmée, quand le spectateur sourd-muet comprend ce qui se dit grâce à la traduction du poème en langage des signes.

Source : http://www.ouest-france.fr © 20 Novembre 2012 à Rennes

 

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.