Scolarisation des enfants implantés [Vidéo]

Aujourd’hui, rares sont les enfants sourds qui ne bénéficient pas d’un implant cochléaire. Les médecins les opèrent de plus en plus tôt afin d’augmenter leurs chances de succès. Pendant ce temps, les écoles pour enfants sourds pratiquant la Langue des signes ferment les unes après les autres, en Suisse aussi bien qu’en Europe.

29 commentaires
  1. jj dit

    c’est très interessant. Ce qui est dommage c’est qu’on n’a pas (ou bien je l’ai réaté) la raison de pratiquer la langue des signes. C’est assez dommage. On demande à ces enfants de signer, puis ils arretent mais on ne sait pas pourquoi ils ont du apprendre..

    JJ
    PS c’est une question pas une polémique

  2. sylvie dit

    C’est une forme déguisée du congrès de Milan numéro 2 version 21ème siècle…sourdialement

    1. rp dit

      @Sylvie, ce serait mieux de ne pas parler du congré de Milan tout le temps sur tout les sujet. Ce congré est un événement grave et il ne faut pas en parler à tors sans raison.

      Le congré a interdit la LSF. L’implant cochléaire n’interdit pas la lsf. Au contraire.L’implant marche mieux avec la lsf, pour les enfants bilingues F/LSF.

      Dans le reportage, l’implant et la lsf aident les enfants à apprendre. Les parents témoignent : les enfants implantés restent des sourds avec leur culture. Par le passé, toutes ces familles ont eu besoin le la lsf. Aujourd’hui encore plusieurs de ces familles utilisent la lsf.

      1. sylvie dit

        Bonjour rp

        Je ne parle pas ici du congrès de milan qui a fait souffrir pendant un siècle plusieurs générations de sourds dont j’en fais partie,je suis la toute dernière génération de sourds à avoir vécu sous la coupe du fameux congrès de milan,j’ai appris dans ma petite enfance dans un institut pour enfants sourds qui était en principe oraliste,la LSF clandestine,ça veut dire que les enfants sourds plus âgés transmettaient aux plus jeunes la LSF dans la cour des écoles…à l’époque,aucun spécialiste y compris orthophonistes (les plus anti-LSF y compris maintenant),ORL,psychologues ne conseillaient pas aux parents d’apprendre la LSF,d’où le perpétuel regret de ma mère de ne pas avoir appris la LSF.

        Comme ces enfants là,j’ai vécu la “désapprentissage” de la LSF,j’ai vécu une période de 5 ans où la LSF n’était pas pratiquée,où l’oralisme intensif était de mise,j’avais complètement oublié la LSF mais au fond de moi-même,je ressentais quelque chose qui me manquait mais je ne savais pas pourquoi,le jour où j’ai été admise dans une école pour sourds (pour le collège) où on pratiquait sans tabou la LSF,je ne comprenais rien pourtant je savais avoir appris petite,il y avait une sensation du “déjà vu”,j’ai mis 3 mois à réapprendre la LSF,c’était très difficile à accepter,il y avait quelque chose que moi,j’avais raté…maintenant,j’ai 40 ans,l’âge d’être à la fois maman et grand-mère,j’ai eu le temps de prendre du recul,de discuter avec des parents de mon âge et des plus jeunes,souvent des parents d’enfants implantés,le temps de réfléchir,de comparer mon époque et leur époque,ce qui va et ce qui ne va pas.

        Plus je vieillis,plus je trouve le bilinguisme un magnifique cadeau qu’on fait aux enfants sourds,apprendre à communiquer en LSF et à lire le français avant de maîtriser le français oral est une excellente initiative au développement lexical et d’apprentissage sans perte du temps d’où je suis très favorable à l’éducation bilingue et avec une mode d’intégration regroupée pour de bonnes raisons dont bon nombre de spécialistes ne respectent pas d’où je fais allusion “forme déguisée du congrès de milan”

        L’erreur actuel de ces spécialistes,c’ qu’ils n’écoutent pas les adultes sourds pourtant mieux expériementés en la matière qu’eux-mêmes (puisque nous-mêmes des anciens enfants sourds),ne respectent pas la loi 2005 qui reconnaît la LSF comme une langue véritable,ne respectent pas la volonté des familles qui ont fait le choix de l’éducation bilingue et qui traînent des pieds au niveau du développement de ces classes spécialisées au sein des établissements ordinaires…au lieu de quoi,ils investissent trop dans la réeducation auditive d’où j’ai l’impression qu’ils font amalgame entre l’audition et le langage,il y a des personnes implantées qui ne parlent pas du tout,j’en ai rencontré,ça veut dire quoi justement?,ils ont une image complètement trompeuse de la surdité,d’où ils ont l’impression que plus on implante jeune,mieux ils s’en sortent,eh bien non,pas du tout,ça varie selon les enfants,les résultats ne sont jamais les mêmes,bon nombre de parents d’enfants implantés que je rencontre à mon travail sont d’accord avec moi…grâce à la rencontre avec moi,ils comprennent l’importance de la LSF et la nécessisté de ne jamais arrêter la LSF même si l’enfant oralise bien.Nous avons tous l’impression qu’ils marchent avec les mains.

        Au fond,je suis d’accord avec vous,tous les enfants implantés restent des sourds et ont une perception du monde qui est leur est propre.On dit que la LSF est compatible avec l’implant mais eux,ils font le contraire,c’est ça le problème!.On dit A mais on fait B,vous comprenez?.

        Ce n’est pas en isolant (le cas de l’intégration individuelle,j’en ai connu) les enfants sourds notamment implantés les uns des autres que la LSF sera perservèrée,au contraire,ça va contribuer à la disparition progressive d’où la colère de la communauté sourde!,ce que je comprends parfaitement bien.

        Sourdialement

        1. rp dit

          Beaucoup de choses intéressantes cette fois-ci. Évitez les commentaires de 3 lignes que on ne comprend pas directement.

          Une remarque : le reportage est en Suisse. La loi de 2005 ne s’applique pas pour les sourds suisses.

          En France, les médecins ne sont pas tous sensibilisés sur la culture sourde. Mais la Haute Autorité de Santé et le Ministère informent sur la lsf et le bilinguisme.

          http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2010-03/surdite_de_lenfant_-_0_a_6_ans_-_recommandations.pdf

          Le problème actuel, c’est la crise et le manque d’argent dans l’éducation. Il n’y a pas assez de budget. C’est un problème pour les enfants sourds comme pour les entendants. Rien à voir avec un Congré de Milan.

        2. sylvie dit

          rp,
          Merci pour le document du HAS 2009,c’est très instructif

  3. jj dit

    Bonjour

    je ne comprends pas votre message et je ne comprends pas l’allusion au congrès de Milan (1880, il n’y a que 132 ans). En plus si je ne me trompe pas à cette époque l’implantation était assez peu pratiquée.
    Je pense que vous vous etes trompé de fil et que ce message ne concernait pas ma question.

    Bon sérieusement, est ce que quelqu’un a compris pourquoi ils enseignent la langue des signes à ces pauvres enfants qui de toutes facons ne l’utilise plus ensuite.
    Encore une fois c’est une vraie question

    1. rp dit

      @jj vous n’avez pas bien regardé ou alors pas regardé dans son intégralité.

      Sur les 4 enfants implantés, seuls 2 délaissent la lsf (sans toutefois l’oblier complètement) au profit de l’oral.

      Et la réponse à votre question a été donnée par plusieurs des parents dans le reportage : c’est grace à la lsf que ces enfants ont pu apprendre à communiquer. On ne les force pas à signer. Ils le font naturellement quand ils sentent que ça leur permet de communiquer. Et c’est grace à la lsf qu’ils apprennent le français. (Ça me paraît assez indégnable : on utilise le même procédé avec certains enfants entendants)

      De plus, ce n’est qu’un reportage. Des témoignages de parcours différents et rien d’autre.

  4. MG dit

    La lsf est indispensable!! Au collège de mon fils, Beaucoup d’échec surtout aux enfants implantés dont j’en connais une, qui s’est toujours délaissé car il ne connaissait pas la langue des signes ( c’est sa mère qui m’a dit ca) et est actuellement dans la classe SEGPA. Il était, en maternelle, toujours creché avec les entendants. Y a meme des implantés dans la classe de mon fils, réussissent moins bien que mon fils alors que lui n’est pas implanté.. Il a plus de 15 de moyenne général meme en francais. Sache que Un camarade de mon fils, entendant redoublé cette année, a que 13 de moyenne générale.. Que dire?Faut pas croire que l’implant cochléaire va beacoup aider les sourds…cela dépends de la motivation de l’enfant et de l’éducation de leurs parents!! Arretez de croire que les implantés cochléaires vont beaucoup les aider..Meme, étant sourde de naissance profonde, j’ai réussi mes 3 diplomes sans les soutiens des professeurs car ca n’existe pas encore les intervenants en LSF à mon époque..Donc cela dépends de la motivation de chaque enfant!! C’est la lsf qui va beaucoup les aider..Le pb c’est que les médécins ne veulent rien savoir de quoi les jeunes sourds non implantés sont capables de suivre les cours normalement comme les entendants..

    http://www.avaaz.org/fr/petition/Charte_LSF_pour_les_enfants_sourds/
    N’hésitez pas à le signer.Merci. Mg

    1. sylvie dit

      et moi,j’ai passé mon bac il y a 20 ans dans un département où il n’y avait ni collège ni lycée pour sourds,il n’y avait même pas d’interprète,j’ai dû me débrouiller avec un tiers temps supplémentaire (un minimum quoi,ce qui n’est pas le cas des départements voisins) ,je ne suis pas implantée,j’oralise bien ,je signe bien aussi,et j’ai eu mon bac (commerce et communication) et alors?,à mon travail,il y a un ado de 17 ans implanté complètement muet et l’école ne sait pax quoi faire de lui car il a toujours été scolarisé en intégration individuelle avec LPC qui s’est avèré inefficace pour lui ,sa maman est venue apprendre la LSF quand il avait 8 ans,désespèrée et désillusionnée sur l’espoir de l’effet “baguette magique” de l’implant cochléaire…depuis,je le cite comme un exemple à ne jamais suivre aux autres parents qui ont des jeunes enfants implantés et j’insiste de l’importance de la LSF et l’avantage du bilinguisme.Je suis partisane de l’éducation bilingue mais pas à chaud avec l’implant cochléaire(je ne le ferais jamais à mon fils s’il était sourd).
      sourdialement

      1. rp dit

        C’est juste un exemple. Pareil pour le reportage.

        Le problème c’est qu’on prend un exemple et on dit « regardez, les sourds c’est comme ça ».

        Mais les sourds sont tous différents. Il y a des sourds qui sont implantés, des sourds qui sont appareillés et des sourds sans appareil. Il y a des sourds qui oralisent avec ou sans LPC et des sourds qui signent. Des sourds qui parlent et qui signent. Des sourdg qui ne parlent pag mais qéi lisent parfaitement sur les lèvres. Dans l’association où je prends des cours de LSF, il y a un prof qui n’est pas appareillé qui oralise, qui code (lpc) et qui signe parfaitement. Mais tous les sourds ne sont pas forcément capables de faire ça.

        L’erreur c’est de prendre son exemple et de dire tout le monde est comme ça.

        1. sylvie dit

          je ne le prend pas comme un modèle “c’est comme ça tous les sourds” mais un exemple d’erreur de parcours qui peut engendrer une conséquence très triste comme ce jeune et j’ai personnellement une amie d’enfance,âgée de 41 ans est dans une situation effrayante,très triste,elle est dans une maison de retraite pour jeunes mais bien sûr que la diversité est partout.Je respecte toujours les familles pro-implant cochléaire et eux doivent nous respecter aussi,je ne suis pas à chaud avec cet objet mais c’est comme ça. en clair,le bilinguisme et l’intégration regroupée est l’une des meilleures clés de la réussite,c’est justement à cause du trou de la LSF que moi j’ai eu un parcours scolaire très chaotique,ce n’est pas ce que je souhaite pour cette jeune génération.Mon objectif n’est pas de réeduquer les oreilles(pour moi une perte du temps,ce n’est que mon avis) mais de privilègier la communication de qualité et d’avoir un gain de temps pour l’apprentissage.Je vois que vous êtes une personne très ouverte comme je rencontre certains parents à mon travail,c’est très bien.sourdialement

      2. rp dit

        Si mon enfant était sourd, avant de décider quoi que ce soit, je m’informerais.

        J’irais rencontrer des sourds adultes, des enfants sourds implantés et aussi des enfants non implantés. Et aussi des parents d’enfants sourds. J’irais discuter avec eux et avec des médecins. J’irais rencontrer beaucoup de gens pour avoir beaucoup d’information parce qu’il n’y a pas deux sourds pareils.

  5. MG dit

    Je vous conseille de lire “soigner la surdité et faire taire les sourds” c’est un livre intéressant, cet auteur est un psychanalyste..

  6. MG dit

    La semaine dernière, j’ai rencontré une maman d’un enfant implanté, qui s’inquiète pour son fils car elle ne sait pas où elle peut trouver une collège qui utilise le LPC car son fils utilise la LPC. De plus, sa mère m’a dit qu’elle est préférable qu’il redouble pour l’année prochaine car c’est trop superficielle pour passer en 6 eme. Sourdialement.

  7. jj dit

    Bonjour

    je rentre de vacances et ….; acune réponse à ma question.

    Je ne vais pas dire que je suis étonné.

    Bonne journée

    1. rp dit

      Ce n’est pas la peine de poster avec ce ton dédaigneux. On a très bien remarqué que vous faisiez preuve de malhonnêteté intellectuelle et que vous n’aviez pas vraiment regardé la vidéo.

      1/ La vidéo montre 4 exemples concrets et tous différents. À aucun moment il n’est fait de généralité. Les émissions Signes de la Radio Télévision Suisse ne font jamais de prosélytisme pour la LSF même si c’est souvent le sujet des reportages. À aucun moment l’implant n’a été critiqué ici. Je vous conseille aussi le reportage qui a été fait sur le LPC)

      2/ Contrairement à ce que vous affirmer, seuls 2 des 4 exemples de ce reportage finissent par délaisser la LSF. Rien ne permet d’affirmer ou d’infirmer que ce sera le cas pour les 2 autres enfants.

      3/ Le pourquoi a été donné par l’enseignante et par au moins une mère et un enfant. La lsf est une aide à l’apprentissage et à la compréhension du français orale pour certains des enfants du reportage. Sans la LSF, ces 4 enfants là auraient eux plus de mal à apprendre le français.

      1. MG dit

        @rp, Bien répondu.. j’apprécie votre commentaire ainsi vos autre commentaires car vous parlez juste ..Et les cours de LSF, ça avance? Bon courage. Sourdialement. MG

  8. MG dit

    @jj si vous avez la réponse de la part de rp…sourdialement.

  9. Gérard Sanroma dit

    Bonjour,

    Je ne suis pas étonné par cet implant. On comprend bien si on regarde bien l’histoire des sourds-muets.

    Les parents d’un enfant sourd ne connaissent pas du tout le mot « Respecter ».

    Dieu ne voit pas les enfants sourds !

    Dieu ne les bénit pas !

    Je suis sourd-muet. Je suis fier aujourd’hui ! Je ne peux ni entendre ni parler mais je peux m’exprimer en Langue des signes et à l’écrit. Et je suis handicapé mais j’ai ma femme et deux enfants qui sont entendants, qui savent la langue des signes. Vous croyez que je ne suis pas malade !

    Les politiciens et les médecins n’informent jamais réellement de la vie des personnes sourdes.

    1933 .A. Hilter promulgue une loi « sur la prévention de la transmission des malades héréditaires dont la surdité.
    1933 à 1939 : dans le cadre du programme d’ « hygiène raciale » 17000 sourds au moins stérilisés. Le tiers d’entre a moins de 18 ans.
    Dans 9% des cas, la stérilisation des femmes s’accompagne d’un avortement obligatoire.
    1940 à 1942 : 1600 sourds sont transférés puis été exterminées dans les camps d’Hadama, Sonnenstein, Grateneck,…

    Regardez sur internet : Le Monde du 04.02.07 « La France au risque d’eugénisme »

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2007/02/03/la-france-au-risque-de-l-eugenisme_863262_3244.htm
    Nous subissons la dictature d’hommes politiques et de médecins qui les conseillent. Tout est fait pour nier le handicap.

    Encore aujourd’hui !

    A bas la dictature de certains médecins

    Des ORL sont des partisans de l’eugénisme.

    La France n’a jamais organisé un hommage aux victimes sourdes par les médecins. Comme c’est fait pour les juifs chaque année.

  10. Gérard Sanroma dit

    Bonjour,

    Depuis 3 ans, j’étudie l’histoire de l’eugénisme. Les médecins évaluent toujours les progrès des sourds. Mais on peut aussi évaluer leur travail. Ils ne respectent pas du tout l’éthique médicale. Ce qu’ils font avec les implants. Ça ressemble à « l’hygiène radicale ».

  11. Gérard Sanroma dit

    Bonjour rp

    Mais la logique de l’implant est la même que l’interdiction de la LSF au Congrès de Milan et par les mêmes personnes : le corps médical : supprimer, cacher la surdité et faire parler les sourds. C’est juste une autre technique mais le fond du problème reste le même. Ils utilisent parfois la LSF avec les enfants sourds implantés, mais c’est une technique comme une autre, comme toute la rééducation qu’ils subissent.
    Dans la vidéo, je ne vois pas des enfants à l’aise, qui s’expriment facilement !

    1. rp dit

      Gérard, vous écrivez « Dans la vidéo, je ne vois pas des enfants à l’aise, qui s’expriment facilement ! ».
      Avez-vous déjà vu beaucoup d’enfants à l’aise devant une caméra ? Surtout quand on leur demande une chose aussi sérieuse que leur point de vue sur la LSF ?

      Ensuite, oui, vous avez raison. Un implant, c’est un dispositif médical et électronique qui a pour but de remplacer l’ouïe défectueuse. Dans la très grande majorité des cas, les hommes naissent avec l’ouïe. Ils sont entendants. Les entendants sont plus nombreux que les sourds. Et c’est pour cette raison que l’audition est considérée comme la norme, comme quelque chose de naturelle, de normale. Quand on est entendant, on n’arrive pas à imaginer qu’un sourd trouve normal de ne pas entendre.

      Le but des médecins, et en particulier des ORL, c’est de « réparer » ce qui ne marche pas ou ce qui « marche mal ». Ils ne le font pas pour faire souffrir les gens. Leur but est vraiment d’aider. Simplement ça conduit parfois à des situations dramatiques et c’est regrettable.
      Et il n’y a pas que les nés-sourds. Les ORL aident au quotidien un très grand nombre de personnes devenues sourdes.

    2. rp dit

      Après, il y a la question de l’identité. Doit-on dire « sourd-muet », « sourd » ou « Sourd ». La surdité est-elle un handicap et les sourds sont-ils des handicapés ? Un sourd implanté est-il toujours un sourd ? Est-il entendant ? Entre les deux ? Si demain, tous les sourds se font implanter, la culture sourde va disparaitre ? Et la LSF existera-t-elle ?

      Toutes ces questions inquiètent et divisent. Et la plupart des sourds eux-mêmes ne sont pas unanimes sur les réponses. J’ai mon avis sur ces questions, mais ça reste ma vision, pas une vérité absolue.

      J’écris « sourd » et pas « sourd-muet » parce que je suis fainéant. Pas par manque de respect ou pour « faire parler les sourds ». La surdité est un handicap de la communication. Quand je croise des sourds qui signent, je suis aussi handicapé car je ne peux pas communiquer avec eux.
      Pour moi, dans l’état actuel de la science, un sourd implanté reste un sourd.
      Pour le reste, je ne sais pas : je ne suis pas devin.

      Je suis entendant. Je ne peux pas répondre à la place des sourds sur des sujets aussi sensible. Je ne peux pas non plus répondre à la place des autres entendants. Je n’ai pas la prétention de savoir pour les autres. J’essaie juste de comprendre et de me mettre à leur place.

      Par contre, je trouve toujours dommage de voir des gens, les sourds comme les entendants, répondre à la place des autres. Et aussi dommage de voir des gens camper sur leur position sans chercher à comprendre les autres.

      1. Gérard Sanroma dit

        rp. Oui c’est vrai ! Vous avez presque raison !
        Je peux vous informer que si ça vous intéresse .J’ai écrit un livre.
        vous pourrez regarder sur internet : http://www.edilivre.com/doc/19418
        Auteur: Gérard SANROMA
        “L’amour au delà du désert”

    3. sylvie dit

      bonjour gérard,voilà pourquoi au début,tout en haut mon commentaire est “c’est une forme déguisée du congrès de milan numéro 2 version 21ème siècle”,car ces spécialistes n’ont toujours pas compris et ne respectent pas les règles comme par ex la loi 2005,le fait de traîner les pieds l’éducation bilingue alors que les résultats montrent l’efficacité éducatif scolaire d’où je suis partisane de ce système éducatif. Ils mélangent toujours entre les priorités, faire entendre artificiellement un enfant sourd, faire gagner du temps en instaurant une qualité de communication par l’apprentissage précoce de la LSF et l’apprentissage autrement avant de maîtriser la langue orale qui est un très long travail dont les sourds ne réussissent pas tous,ce sont deux choses complètement différents…je dis aux parents,lequel est le plus important “communiquer ou entendre”,presque tous me disent que la communication passe avant le son or paradoxalement à leurs paroles,ils font les deux car ils n’acceptent toujours pas la surdité de leur enfant à cause de la socièté hyper-normaliste qui est malsain.Mon plus gros travail est de convaincre aux parents que c’est conciliable la LSF aux implants,qu’il ne faut surtout pas arrêter la LSF quand leur enfant sait oraliser (ce fut bien l’erreur qu’ont fait mes parents,ça a provoqué des problèmes à mon adolescence,c’est une autre histoire,j’ai appris deux fois la LSF,il est toujours plus difficile de réapprendre la langue qu’on a oublié que de préservérer).sourdialement

      1. Gérard Sanroma dit

        Bonjour Sylvie,
        Meilleurs Voeux 2013.
        Vous m’expliquez bien vos commentaires.
        J’etudie moi-même l’histoire de l’eugénisme. Et en plus je suis membre de Cercle Menacem Traffel (histoire de 2ième guerre mondiale). Je suis toujours militant.
        Vive les mains !

        1. sylvie dit

          Merci pour vos meilleurs voeux 2013,à vous aussi !,.La LSF est une belle langue qu’il faut préservérer,je suis prof de cette langue.Vive les mains!

  12. MG dit

    @ rp, Vous avez écrit: Par contre, je trouve toujours dommage de voir des gens, les sourds comme les entendants, répondre à la place des autres. Et aussi dommage de voir des gens camper sur leur position sans chercher à comprendre les autres.
    c’est très fréquent ! c’est bien dommage qu’on ne puisse pas échanger. C’est souvent que des gens prennent des sourds pour des incapables..donc c’est pas à eux qui qu’ils vont se confier car les sourds ne sont pas des normaux. Etant enfant, je me considérais comme un attardé comparé à mon fils sourd car j’étais souvent délaissée. Forcement je n’étais pas bien développée comparé aux enfants faute de la société. De plus, un jeune homme sourd avait demandé à un médecin de travail pour savoir si’il est apte au bâtiment pour son stage et il lui a accordé. Il a continué le lycée en alternance avec le stage. Il a trouvé un cdi, plus tard, et pour ça il doit retourner voir un médecin de travail pour lui demander la même chose. Il lui a refusé. Le parcours qu’il a fait pour rien à cause du médecin, c’est inadmissible C’est la faute de la société car elle n’écoute pas! C’est toujours les médecins qui décident pour nous les handicapés. Pour une formation après avoir fait la demande auprès de la MDPH, il m’a envoyé faire un test d’évaluation, et je suis apte pour faire cette formation mais y a pas que ça, il faut aussi a décision de la commission. Par exemple, à l’afpa, faut d’abord passer les test et des qu’on les a eu, on passe sans problème. Il existe bien des grands sourds très doués même nombreux bien avant le congrès de milan: des peintres, des enseignants, etc…Depuis le congrès, tout s’écroule! dommage…sourdialement. MG

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.