La main des sourds

Le langage des signes accessible à tous

Premiers apprentissages pour les élèves de Jean-Christophe Bordes.

Comment diffuser le langage des signes pour les malentendants ? Une association s’attache depuis un peu plus d’un an à partager ce savoir.

Créée en septembre dernier, l’association «Les Epées» (Entraide pour l’Egalité Entre les Entendants et les Sourds) s’attache à nouer des liens avec les personnes sourdes ou malentendantes. Sous l’impulsion de Françoise Bravo, porteuse du projet, le but est d’une part de diffuser la langue des signes française, d’autre part d’accompagner les sourds dans leur vie quotidienne. «Plus que de la simple traduction, il s’agit d’un accompagnement plus important car nous aidons les personnes à gérer au mieux leurs relations avec les administrations et les organismes divers, comme la Caisse d’allocations familiales, ou les banques» explique Françoise Bravo, qui est également formatrice.

Le partenariat avec le centre social Azimut, qui met à la disposition de l’association une salle de cours dans ses locaux de la place Pegot, permet d’organiser des cours de langue des signes : des cours collectifs pour le grand public, et des cours particuliers pour des personnes déjà formées et qui souhaitent approfondir leurs capacités de ce langage très complexe.

Dans le cours collectif qui se déroule le mercredi de 17 heures à 19 heures, Jean-Christophe Bordes enseigne à une demi-douzaine de personnes les premiers gestes de communication. Dire bonjour, demander comment on va, soutenir une conversation simple sont les bases de cet apprentissage. Certains élèves sont là car ils veulent se spécialiser professionnellement, d’autres tout simplement pour communiquer avec des personnes sourdes. Ils ont débuté il y a quelques semaines et il est toujours possible d’intégrer le cours ou venir faire une initiation.

Renseignements au 06.03.88.26.28.


30 heures de formation

«Il faut un minimum de 30 heures de formation pour acquérir les bases de la communication de tous les jours, beaucoup plus si l’on veut pouvoir reproduire l’ensemble de la langue française» précise Françoise Bravo. Un langage qui utilise non seulement les mains, mais aussi la tête et le visage.


Le chiffre : 6

élèves > formation. 6 élèves suivent la formation actuellement.

Source : http://www.ladepeche.fr © 11 Décembre 2012 à Saint-Gaudens

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.