Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

Sourde, Dulcinet Briant publie son premier roman

Dulcinet Briant, sourde depuis l’âge de 7 ans, vient de publier son premier roman. Un ouvrage à l’écriture ciselée.

Cette Moëlanaise originaire du Gabon a perdu l’ouïe à l’âge de 7 ans. Dans Ma troublante rencontre avec un sourd, elle aborde son handicap. Elle dédicace son livre, samedi, à l’Espace culturel Leclerc. Entretien

Dulcinet Briant, Moëlanaise, vient de publier son premier roman, intitulé ‘Ma troublante rencontre avec un sourd’;

Quel est votre parcours ?

Je suis d’origine gabonaise. Je suis devenue sourde à l’âge de 7 ans, puis, vers 8 ans et demi, j’ai quitté mon pays pour la France, en région parisienne, puis à Orléans. La vie m’a emmené en Bretagne, à Brest, en 1996. J’y ai rencontré mon mari, Steven, avec lequel j’ai formé une famille de cinq enfants. Après trois années à Lorient, nous avons construit notre maison à Moëlan-sur-Mer, en 2005.

Ma scolarité ressemble à un parcours du combattant, tantôt chez les sourds, tantôt chez les entendants, avec ou sans interprète. J’ai commencé à écrire des chansons vers mes 12 ans, en français, puis en anglais. Je peins également. J’ai d’ailleurs réalisé la peinture qui a servi à la couverture de mon roman.

Que raconte votre livre ?

Aujourd’hui, à 38 ans, Ma troublante rencontre avec un sourd est le premier livre que j’écris. Il met en scène Océane, métisse de mère gabonaise et de père breton, qui vit à Brest. La jeune femme rencontre Loïc, sourd, issu d’une famille aisée vivant à Saint-Malo. Malgré un mode de communication, des cultures et des croyances différentes, des rapports peuvent se créer, laissant même l’opportunité à l’amour de s’immiscer.

La Bretagne occupe une belle place dans ce premier roman, dont une suite est en cours d’écriture. Celle-ci fera découvrir aux lecteurs la culture profonde du Gabon, les protagonistes étant partis séjourner dans la famille d’Océane, pour un retour aux sources.

Quel est votre message ?

Je n’ai pas la prétention de vouloir faire passer un quelconque message. Cependant, j’espère qu’entendants et sourds qui liront ce roman s’ouvriront les uns aux autres. Certains y verront un message d’amour, de tolérance et de nécessité d’être curieux vers ce qui nous semble être différent de nous. J’ai bien sûr subi des déconvenues du fait de ma surdité. Rejetée de La Poste de Brest parce qu’on ne me comprenait pas, refoulée à l’ANPE pour que j’aille apprendre à parler français avant de chercher du travail… Les exemples sont nombreux, malheureusement.

Je ne suis pas un cas isolé. Tous ceux qui vivent avec une différence sauront de quoi je parle. Pour que les mentalités évoluent, il faut qu’en plus hauts lieux soient prises les dispositions qui permettront à tout un chacun d’avoir accès à la culture, au sport, aux administrations…

Quelle est la maison d’édition qui vous a publiée ?

Mon livre est publié aux éditions Monica Companys, elle-même sourde. Elle édite pour la première fois un roman. Elle était habituée aux livres cantonnés à la LSF (langue des signes français). Le prix public est de 14,70 €. Il sera disponible sur le réseau Fnac, sur Amazon, mais aussi sur le site de l’éditrice, ainsi que sur le site Electre destiné aux libraires professionnels. D’autres maisons d’édition avaient répondu positivement à ma demande, à la condition que je participe, de façon importante, aux frais d’impression.

Samedi 10 novembre, dédicace de 14 h à 17 h, à l’Espace culturel Leclerc.

Source : www.ouest-france.fr © 9 Novembre 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.