La main des sourds

Art pi sourds, au-delà des mots

Le graffeur Pacman proposera un atelier de graff dans le cadre de la manifestation.

Pour sa 4e édition, Art pi sourds s’ouvre au monde du graff. À l’occasion de la semaine des sourds, la manifestation rassemble sourds et entendants autour de l’art et d’une autre façon de communiquer.

Communiquer, même sans mot. Cela a toujours existé, mais quand l’art s’en mêle, c’est le grand retour de la manifestation Art pi sourds. Organisée depuis maintenant quatre ans, elle est mise en place dans le cadre de la semaine mondiale des sourds ( lire également en page 3 ).
La manifestation met à l’honneur les sourds en montrant qu’il est possible de communiquer autrement que par des mots. Afin de donner une nouvelle perspective à cette manifestation, le Serac (Sourds entendants recherche action communication) a invité le graffeur Pacman à participer dans le cadre d’un atelier.

DEUX LANGAGES EN UN REGARD

« Je ne connaissais pas le concept de Art pi sourds » , commence le graffeur. « Ce n’est pas ma première expérience avec des personnes ayant un handicap et ça a été un échange dans les deux sens » , explique-t-il. Face à une toile, on est tous sous silence, la communication se passe à un autre niveau. La surdité a permis à l’artiste lui-même de s’ouvrir l’esprit : « J’espère qu’il en sera de même pour le public » , ajoute le jeune homme.
Une dizaine de toiles seront proposées pour faire le pont entre les sourds et les entendants. Pour cela, l’artiste Pacman a volontairment choisi de faire travailler ses quelques apprentis autour du langage des signes. Ainsi, ce sont des signes qui sont représentés, avec toute la sensibilité de chacun des élèves de l’atelier. « J’ai moi-même une soeur sourde et j’ai énormément appris à son contact, raconte le graffeur. J’ai voulu mettre en avant cette langue des signes qui est encore trop inconnue à mon sens » . L’atelier a permis aussi de voir qu’être sourd ne signifie pas n’avoir rien à dire et une personne atteinte d’un tel handicap a autant à partager que n’importe quelle autre personne. « Je me suis dis qu’en mettant en scène les signes de façon artistique, ils seront peut-être plus vus par le reste de la population » , conclut-il. Toute la semaine, le public pourra admirer la créativité des élèves et entrer dans leur monde pour partager un peu de leur vision des choses.
Jusqu’au samedi 6 octobre inclus, au Centre commercial Destreland. Entrée libre. Tél : 05 90 26 21 09.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.