A la une

Les élèves sourds se sentent bien, c’est bon signe

Depuis la rentrée, 17 enfants vont à l‘école Jean-Moulin qu’ils ont rebaptisée « l’école aux 1 000 fenêtres ». Entre la cour et la cantine, ils ont déjà des copains parmi les entendants.

L’initiative

« Tous les midis, des professeurs me demandent des signes. Un collègue a même décidé d’en apprendre un par jour à ses élèves. » L’arrivée de Laure Le Becq et ses collègues, enseignants spécialisés, et de 17 enfants sourds ou malentendants à l’école élémentaire Jean-Moulin a un peu chamboulé les habitudes depuis la rentrée, dans le quartier de Venoix.

Si les élèves venus du Crop (Centre de ressource par l’ouïe et la parole) de Bretteville-sur-Odon ont leurs propres classes, ils partagent déjà quelques activités et leur repas avec les entendants.

L’intégration en milieu ordinaire n’attend pas. À tel point qu’ils n’ont pas tardé à trouver un nom à leur école « de façon à ne pas la confondre avec le collège Jean-Moulin tout proche, qui accueille aussi des enfants sourds ». En parlant et en complétant avec des signes traduits par Laure Le Becq, Muhamed, Laurelaïde et Collyne racontent : « Quand on est arrivé, on a vu qu’il y avait plein de fenêtres à notre nouvelle école. Alors on a décidé de l’appeler comme ça. » C’est un peu « l’école aux 1 000 fenêtres » qu’ils signent en répétant le mot plusieurs fois.

L’arrivée de ces 17 élèves, de leurs trois enseignants et de leurs deux éducateurs s’est décidée il y a quelques mois. « L’inspection académique nous a dit qu’on allait accueillir des enfants du Crop, raconte le directeur Marc Chenal, dont l’école abrite déjà une classe d’inclusion pour élèves handicapés. En réorganisant les locaux, la mairie a mis des classes à disposition. »

« On a déjà des copains »

Et puis l’année a commencé sans difficulté. Les élèves, qui viennent parfois d’assez loin, sont pris en charge chez eux par un service de taxi géré par le Crop et déposés à l’école. Répartis en trois groupes, ils suivent leur programme comme tous les élèves de leur âge« On fait du français, de la conjugaison, des maths, du sport »,répondent Logan et Ysaline, un peu étonnés de la question. Deux semaines après la rentrée, ils sont conquis : « Ici, on a une grande cour, on a déjà des copains et le cuisinier de la cantine fait lui-même à manger. »

Pour scolariser les enfants sourds, un réseau se met peu à peu en place à Caen. Des écoles comme Georges-Guynemer en accueillent quelques-uns en classe ordinaire avec des accompagnants du Crop et un assistant de vie scolaire (AVS) formé.

Des classes spécialisées sont maintenant intégrées au lycée Rostand, au collège Jean-Moulin et donc à « l’école aux 1 000 fenêtres ». Responsable du Sesal (Service d’éducation spécialisée audition et langage) au Crop, Christophe Gilles suit l’intégration des élèves« Nous sommes encore en phase de démarrage mais les relations et les activités communes vont s’installer petit à petit. » Les 17 nouveaux élèves de l’école ne demandent que ça.

[list style=”event”]

[/list]

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.