La main des sourds

La surdité comme choix de vie

Le documentaire Ces sourds qui ne veulent pas entendre pose la question du bien fondé de la généralisation des implants cochléaires.

Et si la surdité n’était pas un problème ni même un handicap ? Et si les sourds voulaient le rester ? Ce sont les questions posées par Sarah Massiah et Angélique Del Rey dans ce documentaire de 52 minutes évoquant la généralisation de la pose d’implants cochléaires chez les enfants.

Véritable révolution dans le traitement de la surdité, l’implant ne fait pourtant pas l’unanimité au sein de la communauté sourde et malentendante. Et ce film invite les entendants à admettre que la surdité génère une culture propre, que les sourds ont leur propre langue et n’attendent pas forcément à tout prix d’entendre artificiellement.

« Les mains ont des mots »

Peut-on aller contre le progrès médical tout en voulant le mieux pour nos enfants ? À travers les avis de médecins, de philosophes, d’implantés et de sourds revendiquant leur particularité, le spectateur se fera son propre avis.

Une des intervenants, Djénébou, signe en ouverture du film : « Les mains ont des mots qui disent la même chose que les bouches. » Ces sourds qui ne veulent pas entendre parle de culture sourde, d’héritage et de patrimoine communautaire.

Sourde, Sarah Massiah connaît bien son sujet et le traite avec finesse. Elle donne à voir des parcours différents, pointe des choix de vie. Et pour prolonger la réflexion, un débat sera consacré à l’accès à l’éducation chez les sourds et malentendants, vendredi 24, à 18 h, sous le chapiteau.

Séances jeudi 23 août, 19 h à la MJC et samedi 25 à l’auditorium, à 11 h 30. Vendredi 24, débat sur l’éducation chez les sourds et malentendants, à 18 h, sous le chapiteau.

Source : http://www.ouest-france.fr © 6 Aout 2012 à Douarnenez

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.