LSF Nantes: la langue des signes un atout professionnel

Depuis 2009 l’école de la langue des signes française accueille à Nantes des stagiaires de tous horizons. des parents de malentendants, mais surtout des professionnels voulant enrichir leur cursus

La langue des signes française (LSF) est une langue visuelle qui est la langue des signes utilisée par les sourds francophones et certains malentendants pour traduire leur pensée. La LSF est une langue à part entière et un des piliers de l’identité de la culture sourde.

Histoire 

L’abbé Charles Michel de l’Épée fut, en 1760, le premier entendant connu à s’intéresser aux modes de communication des « sourds-muets » en observant un couple de jumelles sourdes communiquer entre elles par gestes ; il découvre l’existence d’une langue des signes.
Il ouvrira une école pour sourds, l’Institut national des jeunes sourds, aujourd’hui Institut Saint-Jacques, à Paris. Cette methode aura ses partisants et ses détracteurs ralentissant
C’est Ferdinand Berthier (1803-1886) qui militera avec le plus d’efficacité pour la LSF l’imposant comme une véritable langue.

Loi Fabius 
En 1991, la loi Fabius favorise le choix d’une éducation bilingue pour les sourds :LSF et le français écrit et oralLa loi du 11 février 2005 reconnaît la LSF comme «langue à part entière ». Aujourd’hui, des instituts — certains privés — ou des associations ont de nouveau intégré la LSF dans leur enseignement. Les professeurs sourds ne sont pas reconnus de façon officielle par l’Éducation nationale : les professeurs entendant signent, aidés par des éducateurs sourds.

Pas de langue des signes universelle
Il n’existe pas de langue des signes universelle. Chaque pays a la sienne, néanmoins les écoles de langues des signes mondiales essaient d’y travailler. Il existe cependant des ponts similaires entre ces langues.

Le français signé est l’utilisation de signes de la LSF ordonnés selon la syntaxe linéaire de la langue française. Ce compromis naît de la nécessité de communiquer ; il est utilisé par des entendant de langue maternelle française qui ont parfois une bonne connaissance des signes mais ne maîtrisent pas la syntaxe de la LSF.

Exemple de phrase
En LSF, la phrase « J’aime cette voiture. » sera signée “voiture cette aimer”. Dans le français signé, le locuteur utilisera l’ordre “aimer cette voiture”.
Dans l’enseignement aux jeunes sourds, le problème qui se pose est que leurs enseignants sont souvent des entendant et qu’ils n’utilisent pas naturellement la syntaxe de la LSF, mais plutôt naturellement celle du français signé, ainsi les jeunes sourds n’ayant pas de parents sourds calquent leur façon de signer sur leurs enseignants entendant (d’où la nécessité d’avoir des enseignants sourds pour la LSF).

Où apprendre ? 
L’enseignement est généralement dispensé par des instituts ou des associations. A Nantes, Visuel LSF est depuis 2009 une école associative qui dispense cet enseignement. Parmi ses élèves des malentendants mais aussi, de plus en plus, des entendant qui veulent enrichir leurs compétences professionnelles. Une compétence recherchée par les entreprises qui souhaitent s’adapter aux handicaps.

La France n’est pas en avance en matière de langue des signes. On dénombre 250 interprètes diplômés. A Nantes ils sont 6. Et pourtant les besoins au quotidien sont très importants. Les formateurs militent pour que les médecins, les employés de services publics, puissent acquérir des bases de langage des signes afin de faciliter le dialogue. Un vaste et ambitieux projet…


Source : http://pays-de-la-loire.france3.fr © 10 Juillet 2012 à Nantes

1 commentaire
  1. Antonio Abreu dit

    Bem vindo Brasil

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.