La main des sourds

Un psychologue menacé de licenciement

Il travaille dans un centre pour enfants sourds géré par l’association Afda. Il est accusé d’une faute grave.

« J’ai reçu la lettre vendredi, à mon retour de vacances. Elle ne précise pas ce qui m’est reproché ! » Hier, avant l’entretien disciplinaire avec sa hiérarchie, Grégory Goasmat, psychologue clinicien depuis huit ans à l’Association finistérienne des déficients auditifs (Afda), savait seulement qu’il est le coup d’une procédure de « licenciement pour faute grave, avec mise à pied conservatoire ». Il ne peut plus travailler au Centre d’action médico-sociale précoce (Cams) de Guipavas et n’est plus payé. Hier, vers 18 h 30, plusieurs salariés se sont rassemblés pour le soutenir. Une pétition a été lancée sous forme d’une lettre ouverte. « Nous sommes surpris par la façon de faire. Ce genre de pratiques est rarissime dans ce secteur d’activité »,indique Franck Montfort, de la CGT santé privée et de l’action sociale privée.

Après l’entretien, vers 19 h 30, Grégory Goasmat en savait un peu plus : « On m’impute un catalogue de reproches hétéroclites rapportés par trois collègues, dont certains datent de cinq ans. Mais rien qui qualifie une faute grave. » Selon lui, la menace serait en lien avec le départ de l’ancienne directrice partie il y a deux mois,« forcée ». « Nous fonctionnions en partie sur un modèle psychanalytique. Qui est remis en question. »

Michel Kervilès, président de l’Afda, « n’apportera aucun commentaire car la procédure est en cours et aucune position définitive n’a été arrêtée. L’ancienne directrice a souhaité une rupture conventionnelle de son contrat de travail dans un cadre dénué de tout contentieux ». L’association dispose d’un mois pour prendre sa décision.

Source : http://www.ouest-france.fr © 25 Avril 2012 à Brest

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.