Les locataires de la résidence pour personnes sourdes de Ronchin ont signé leur bail hier

Nicole et Renaud (à gauche), Maxime et Anne-Sophie (à droite): de nouvelles vies commencent.

Ce mercredi était à marquer d’une croix blanche pour les locataires de la résidence pour personnes sourdes de Ronchin. Un par un, les heureux élus ont signé leur bail à la mairie avec Lille métropole habitat. Les clés leur seront remises le 1er juin. Ils seront les premiers habitants de ce type de résidence en France. Ambiance à la signature.

Émilie, 31 ans, Arras. Aidée de Julie, interprète en langue des signes, la jeune femme est l’une des premières à avoir signé son bail. Dans un peu moins de deux mois, elle pourra s’installer dans son T3 tout neuf. « Je suis pressée d’y être,sourit-elle. J’habite à Arras parce que j’y ai travaillé. Mais désormais, mon emploi est à Ronchin, je n’aurai plus autant de route à faire chaque jour. » La jeune femme avait envoyé sa demande en juillet 2011 et savoure à l’avance de vivre dans un lieu bien aménagé pour son handicap. « Là où je vis actuellement, c’est très sombre. Mon nouvel appartement a été pensé dans la culture sourde, avec des flash qui clignotent quand quelqu’un téléphone ou sonne à la porte. Il sera très visuel avec ses grandes fenêtres, son salon et sa cuisine ouvertes. J’ai hâte ! » > Nicole, 59 ans et son fils Romain, 27 ans, Lille-Sud. Même si Romain a l’âge de vivre seul, c’est ensemble qu’ils emménageront en juin. « Nous sommes actuellement à Lille-Sud, au deuxième étage sans ascenseur, indique Nicole. J’ai des problèmes de jambes, mon fils aussi. J’avais fait une demande de mutation en 2011 pour partir de là, et comme Romain est sourd on nous a proposé ce lotissement. » Son dossier serré contre elle, la Lilloise attend beaucoup de ce déménagement. À quelques semaines du jour J, la voilà presque euphorique. « Pour moi, c’est une nouvelle vie, assure-t-elle. Il aura fallu attendre 59 ans pour qu’elle commence ! Nous allons être bien, tout sera aménagé, ça sera mieux pour mon fils. Nous aurons même un petit jardin, une terrasse où nous pourrons sortir un barbecue. Et avec tous ces flashs, ce sera comme en boîte de nuit ! » > Soumia, 30 ans, trois enfants, Tourcoing. Sur les trois bambins qui papillonnent autour d’elle, Soumia s’inquiète pour les deux plus grands. Ils sont sourds. L’aînée est prise en charge à l’IRPA, la jeune maman est soulagée d’avoir obtenu un logement dans ce lotissement. « C’était important pour moi, pour eux aussi, d’autant que nous serons près de l’école », avoue-t-elle. Moins de route, donc moins de fatigue et de temps perdu, c’est autant de tracas épargnés dans une vie qui ne semble déjà pas facile tous les jours… > Anne-Sophie et son fils, Maxime, 25 ans, de la Pévèle.

Anne-Sophie est une maman heureuse. Et soulagée. Le 1er juin, Maxime va pouvoir prendre son envol, quitter le nid familial pour prendre son indépendance. « Il était temps, s’amuse-t-elle. Ça me fait super plaisir pour lui et je suis rassurée de savoir qu’il vivra dans un logement adapté, dans une ville qu’il connaît bien. » Maxime a en effet effectué une grande partie de sa scolarité à l’IRPA et joue au football dans l’équipe SOS Ronchin. « Il ne connaît pas tout le monde dans le lotissement, mais en vivant avec des personnes qui ont le même handicap que lui, ils pourront se comprendre et s’aider », reprend Anne-Sophie, en couvant son fils d’un regard tendre.

Maxime, lui, est heureux. « L’aventure commence, rigole-t-il. À 25 ans, il fallait bien que je parte de la maison. C’est la première fois que je vais vivre seul, il va falloir gérer, mais ça me fait plaisir. Je n’ai pas peur. Même pour la cuisine, ça va aller ! » Son enthousiasme sur ce dernier point n’arrive cependant pas à convaincre sa maman. « Heureusement quand même que le micro-ondes existe … »

Source : http://www.lavoixdunord.fr © 5 Avril 2012 à Villeneuve d’Ascq

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.