« Ma tutrice m’a simplifié la vie »

0
Jonathan Désert est sourd, il a donc mis en place avec ses collègues différents moyens de communiquer : messagerie Web instantanée, sous-titres lors de conférences filmées...

Jonathan DÉSERT, 32 ans est assistant de gestion à la mission nationale handicap de Capgemini, embauché le 14 septembre 2011

Vous êtes sourd. Quelles ont été les adaptations de poste nécessaires ? Au quotidien, il n’y a pas eu besoin d’aménagement particulier. Dans mon poste, comme souvent dans l’entreprise, la base de la communication est d’abord écrite et passe par le courrier électronique. En plus, je profite ici d’un système mis en place pour l’ensemble des salariés : une messagerie instantanée qui permet d’échanger en direct avec mes collègues. C’est la première fois que je l’utilise dans le monde du travail, et c’est vraiment très utile. Et pour les réunions, les formations ? J’ai découvert chez Capgemini la plate-forme Tadeo. L’animateur d’une réunion appelle un numéro de téléphone, et un opérateur retranscrit par écrit les paroles en temps réel. Le texte s’affiche sur l’écran de l’ordinateur, ou comme un sous-titre si c’est une conférence filmée. On peut aussi brancher une webcam : dans ce cas, l’opérateur fait l’interprète entre la langue des signes et la langue française. Comment s’est passée l’intégration dans l’équipe ? Très bien, même si au départ, il y a eu quelques appréhensions sur la façon de se comporter avec une personne sourde. J’ai une prothèse auditive, mais je lis surtout sur les lèvres. Il a fallu trouver ensemble le bon équilibre entre les informations qui pouvaient m’être données oralement, et celles plus complexes qui doivent passer par la messagerie instantanée. Mais mes collègues sont en train de s’y habituer! J’ai aussi la chance d’avoir une tutrice. Elle m’explique les processus et prend le temps de transcrire par écrit les informations. Avez-vous l’impression d’avoir un statut à part ? Je me sens bien comme une personne valide en dépit de ma surdité. Avoir un handicap à compenser n’a pas forcément que des inconvénients. Par exemple, comme je travaille dans un open space, il m’arrive souvent d’éteindre ma prothèse auditive pour intensifier ma concentration et réfléchir dans un silence total.

Source : http://www.leparisien.fr © 14 Novembre 2011 à Paris

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.