La main des sourds

« Au travail, je suis plus autonome qu’avant »

Valérie Glémot travaille dans un service de cartographie. « Je reçois les informations par mail sur les branchements de gaz et les reporte sur des cartes », explique, en signes, cette lumineuse salariée de Gaz de France à Vannes. Signes convertis en mots par Philippe Cosson, son collègue dont la formation pour apprendre la langue des signes a été en partie financée par l’entreprise.

« Avant, avec mon autre collègue sourd, on ne comprenait rien en réunion. On s’adaptait… On a pris l’habitude d’être marginalisés même si on arrivait à communiquer par écrit. » Il y a 20 ans« avoir un interprète était impensable. Trop cher, on nous disait ».

Le téléphone, sa bête noire

Aujourd’hui, Philippe fait le lien, « on a aussi des interprètes qui viennent de Rennes, Brest ou Nantes. Nos chefs sont attentifs à ça ». Mais le téléphone reste sa bête noire. Comme à la maison d’ailleurs.

Toutefois, depuis octobre, un système révolutionne son travail : Tadéo permet, par webcam, de filmer un interprète qui traduit ce que se dit au téléphone. « Un écran est intégré à mon téléphone et je peux vraiment communiquer. Je suis plus autonome qu’avant. »

Valérie, sourde de naissance, mesure avec bonheur ces évolutions pour faciliter la vie des sourds« On a aussi plus de choix professionnels. Avant pour les filles, c’était ménage, couture ou secrétariat. Maintenant on est aide-soignante, prof, infirmière… »

Elle est entrée il y a 27 ans à EDF : à la facturation, puis au service technique, à l’informatique… Elle dit être « heureuse » à son poste actuel. « Mais je ne compte pas sur une promotion ! Notre problème de communication est un handicap pour grimper dans la hiérarchie. » Elle a intégré cette société « assez facilement grâce à l’aide au sein de Gabriel-Deshayes, une école pour les sourds à Auray. J’ai cherché un an et j’ai fait plein de stages pour l’expérience. J’ai été admise ici sur concours ».

Les mentalités évoluent au travail comme dans la vie. Les liens avec les entendants se tissent. « J’ai appris la langue des signes à 20 ans. Avant j’étais noyée dans un monde que je ne comprenais pas. Je suis plus à l’aise pour communiquer aussi parce que le regard des autres a changé. Et Internet et les SMS ont révolutionné nos vies ! Les sourds sont plus ouverts à l’école comme au travail. »

Source : http://www.ouest-france.fr © 15 Mars 2012 à Vannes

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.